Prendre à bras-le-corps le problème de la souffrance au travail à la mairie de Montluel

Lors du conseil municipal du 27 juin dernier, notre élu Bien vivre à Montluel a pris la parole lors du point relatif aux futures élections du Comité Social et Territorial où siègent les représentants du personnel et ceux de la direction à la mairie de Montluel.

Voici l’intervention de notre élu Jean-Claude Péron :

« Le CST va remplacer le CHSCT qui est un endroit où l’on discute des conditions d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail. Il y a des articles de presse qui sont parus ces derniers temps faisant état de souffrance au travail sur la commune de Montluel.

Du point de Bien vivre à Montluel cela est intolérable. La souffrance au travail est un phénomène qu’on constate malheureusement depuis quelques années et qui détruit des vies, qui s’attaque aux humains. C’est parfaitement intolérable.

Dans le dernier compte-rendu de conseil municipal, l’élu Bien vivre à Montluel Amara Boudib vous avait posé une question au sujet de cette souffrance et vous aviez répondu « on n’a pas le même point de vue ». Nous espérons que ce point sera pris en compte d’une façon un peu plus soutenue. D’autant plus qu’il y a deux plaintes qui sont en cours d’instruction, que des bruits viennent à nos oreilles comme quoi c’est compliqué de travailler à la mairie de Montluel, qu’il y a trois nouveaux départs, après la dizaine sur l’année dernière.

On espère que ce Comité Social et Technique prendra à bras le corps ce problème, afin que que le personnel puisse retrouver le sens du travail bien fait et la joie de travailler, ou tout du moins la possibilité de travailler dans des conditions décentes. Les élus Bien vivre à Montluel demandent à ce que l’un d’entre eux fasse partie de cette commission.

Après avoir annoncé que cela n’est pas possible, M. le Maire a rétorqué : « On ne peut pas salir les gens comme cela. J’ai octroyé la protection fonctionnelle à la personne qui est victime de ces plaintes. Toucher aux personnes comme cela n’est pas très digne. »

Notre élu a donc interrogé : « Vous dites que les personnes qui ont porté plainte ont fait n’importe quoi ? Ces personnes ne sont-elles pas dignes ?

Le maire répond « La justice fait son travail et on en reparlera. « 

En effet, on en reparlera … Les élu.e.s Bien vivre à Montluel restent à l’écoute des agents municipaux et leur assurent de leur soutien.

Comment la Mairie de Montluel gère la crise climatique : surréaliste !

En pleine canicule, particulièrement éprouvante pour les habitants de Montluel, voici le spectacle hallucinant auquel nous avons assisté ce matin, 20 juin 2022, dans l’ensemble immobilier des Peupliers .
Pour gagner une place de parking, un bouleau est condamné à l’arrachage. Un peu plus loin, les racines d’un peuplier d’Italie sont sectionnées si près du tronc que l’on peut craindre pour sa survie en ces temps de sécheresse.
Alors que l’on répète partout que les arbres doivent absolument être protégés, pour nous permettre de respirer et nous fournir de l’ombre, le message n’est pas parvenu jusqu’à la Mairie de Montluel.

A Montluel, on continue à bétonner, à asphalter, à artificialiser les sols, au mépris du bien-être des habitants et bien sûr, sans aucune concertation avec eux. Au lieu de planter des arbres, on détruit ceux qui ont mis des années à nous apporter leurs bienfaits.

Allez voir ce qu’est devenu le parc de Bellevue : une calamité ! 

Travaux de décaissement en cours aux Peupliers 20 juin 2022
Délimitation autour de l’arbre que la municipalité de Montluel prévoit d’abattre mardi 21 juin pour créer une place de parking ! … alors que la canicule sévit depuis une semaine et que le nombre d’arbres « anciens » diminue chaque jour.
L’arbre coupé mardi 21 juin – quartier des Peupliers à Montluel – pour y construire …
… à la place de nouvelles places de parking. LE DÉNI CLIMATIQUE CONTINUE !

La profession de fois mensongère par Romain Daubié, l’élu de la peur…. face à l’élue de l’espoir Lumir Lapray

A défaut de défendre un véritable programme, Romain Daubié essaie de faire oublier qu’il est le candidat de Macron et profère des mensonges pour attiser la peur et la haine…. à deux jours du vote.

Un élu courageux de Bressolles dénonce une profession de fois mensongère et révèle le vrai personnage Romain Daubié, et son « attitude dangereuse pour l’avenir de notre territoire ». Face à lui, « Mme Lumir Lapray a une expérience solide, elle a su rassembler différents partis ce qui n’a pas dû être une mince affaire. Elle s’est battue respectueusement ELLE. »

Tout comme la lettre ouverte de Guy Larmanjat, conseiller départemental de l’Ain qui dénonce une profession de foi grotesque et mensongère !

Manifestation devant la mairie de Montluel – 17 juin 2022 – dénonçant la profession de foi de Romain Daubié et demandant un vrai débat face à Lumir Lapray.
L’appel de Lumir Lapray pour un débat avec Romain Daubié…. qui préfère la PEUR à l’échange.

Le maire aimerait bien se faire pardonner !

Nous vous parlions récemment de la mobilisation des élus de la 3CM et les élus de Bien vivre à Montluel CONTRE la décision du maire de Montluel d’appliquer des taxes excessives pour l’occupation du domaine public en cas de de travaux.

Voici la réaction d’un élu de Bressolles face à cette taxe inacceptable qui remet en cause les travaux sur les réseaux d’eau de tout le territoire !

[….]
Extrait de la lettre ouverte de M. Pipaz, élu de Bressolles, au sujet de la taxe sur le domaine public mise en place par Romain Daubié

Rappel du contexte

La 3CM avait ainsi alerté lors de son conseil du mois de mai qu’une facture de 108 000 euros avait été envoyée par la mairie de Montluel à l’occasion des travaux de rénovation d’eau de la ville – 58% de l’eau est perdue dans la nature avant même d’arriver dans nos robinets – lesquels sont effectués par la 3CM depuis que la compétence a été transférée de la ville vers la communauté de communes le 1ier janvier 2020. Pendant le premier mandat de Romain Daubié aucun investissement de long terme n’avait été réalisé … dans l’attente du transfert à la 3CM, et la prise en charge par tous les habitant.e.s de la 3CM.

On appelle cela une taxe indirecte !

Le maire de Montluel a annoncé avoir annulé la facture contestée …. mais n’a toujours pas convoqué un conseil municipal pour modifier les règles applicables en cas d’occupation sur le domaine public de la commune (le dernier conseil municipal date du mois de février… ), ce qui a fait réagir l’élue de Bien vivre à Montluel !

C’est bien que cela soit arrangé pour cette fois-ci mais nous regrettons que cette problématique ne soit pas étudiée dans sa globalité. Nous souhaitons y revenir en conseil municipal pour régler le problème à long terme et pas aux faits du prince à chaque fois.

Nathalie Mondy, conseillère communautaire à la 3CM (élue Bien vivre à Montluel)

Rappelons en effet que cette taxe s’applique actuellement à toutes les occupations du domaine public, par exemple en cas de travaux de particuliers pour la rénovation d’une façade pour améliorer l’isolation extérieure ou simplement embellir la ville. Cette malheureuse expérience a été vécue lors de la rénovation de l’immeuble en face de l’église de Montluel !

Extrait de l’article du Progrès en date du 3 juin 2022 par Julia Beaumet à lire dans son intégralité ici https://c.leprogres.fr/politique/2022/06/03/loisirs-sante-entreprise-la-zone-cap-co-va-s-agrandir

Écoutons ceux qui connaissent très bien Romain Daubiéno comment

Commentaire d’un ancien élu de la majorité municipale à retrouver sur l’article du Progrès en ligne : https://c.leprogres.fr/politique/2022/05/25/investi-par-le-modem-romain-daubie-soutient-le-programme-d-emmanuel-macron

Nous méritons mieux ! VOTONS LUMIR LAPRAY.

« Nous ne voulons pas d’un élu qui refuse toute démocratie locale, qui discrimine des associations, qui ne respecte pas les décisions de justice, qui tolère des comportements irrespectueux envers ses équipes, qui ne joue pas collectif avec les territoires voisins, qui abandonne la politique de la ville, qui maltraite la culture et la nature, au détriment de l’intérêt général. »

C’est pourquoi nous vous invitons à voter LUMIR LAPRAY dimanche (et le dimanche suivant), la candidate de la nouvelle union populaire écologiste et sociale, la NUPES. Mobilisez votre entourage, la victoire d’une personne sincère et courageuse est possible.

https://www.aveclumir.com/

Allons toutes et tous soutenir une jeune femme qui nous ressemble et qui s’engage pour l’intérêt général, pour nos enfants, pour nos emplois, pour la planète !

Belle rétrospective de la campagne de Lumir Lapray à lire sur : https://www.mediapart.fr/journal/france/100622/l-ebouriffante-campagne-de-l-activiste-lumir-lapray

Bilan de 1ier mandat à Montluel de Romain Daubié par Bien vivre à Montluel

Retrouver du lien en plein cœur de ville !

La nouvelle édition des Contes en Côtière à Montluel a rassemblé de très nombreux habitantes et habitants venus retrouver la troupe d’amateurs devant la Tour Mandot sans voiture, le lieu a accueilli les aventures d’un génie à l’époque médiévale…

Félicitations à la troupe réunie au complet (ou presque) qui a joué pour la première fois devant la Tour Mandot.

Un prochain départ…. à suivre !

Pourquoi Romain Daubié cache-t-il sa visite à la mosquée en pleine campagne ?

Romain Daubié en campagne électorale, ne manque pas de nous informer de sa présence sur le terrain … On s’étonne alors que Monsieur le Maire, dans sa rétrospective du samedi 11 juin, ne cite pas sa visite à l’occasion des portes ouvertes de la mosquée de Montluel. Aurait-il peur de déplaire à une partie de son électorat ?

Pourtant il était bien présent, tout comme la candidate Lumir Lapray et de nos nombreux élus et acteurs engagés du territoire de la commune. Alors pourquoi l’ignorer dans son bilan de la journée ?

Après la visite de la mosquée par les deux candidats aux législatives Lumir Lapray et Romain Daubié, à l’occasion des portes ouvertes organisées par l’Association musulmane de Montluel.

La nouvelle Gazette de Bien vivre à Montluel est arrivée … dans les boîtes aux lettres des montluistes !

Vous y trouverez l’actualité – A LIRE DE TOUTE URGENCE

Nous ne voulons pas d’un élu qui refuse toute démocratie locale, qui discrimine des associations, qui ne respecte pas les décisions de justice, qui tolère des comportements irrespectueux envers ses équipes, qui ne joue pas collectif avec les territoires voisins, qui abandonne la politique de la ville, qui maltraite la culture et la nature, au détriment de l’intérêt général.

A la une l’alerte sur le harcèlement à la mairie et le départ des agents : management par la peur, dénigrement, décisions contraires à l’intérêt général, tolérance d’actes d’homophobie ; deux nouveaux départs s’ajoutent à la longue liste des agents méritants… épuisés par ce fonctionnement !

L’édito explique que le maire veut faire payer à la communauté de communes des frais exorbitants (100k€ !) alors que la 3CM doit réaliser de nombreux travaux sur les réseaux d’eau de Montluel, longtemps négligés par la mairie :

Le grand dossier sur les nombreux conflits entre le maire de Montluel et la 3CM : abandon du contrat de ville en faveur des quartiers prioritaires, mauvaise gestion de l’eau avec 60% de l’eau perdue dans la nature

La représentation des élu.e.s BVM en conseils municipaux avec une analyse du budget voté par la majorité : un manque d’ambition des investissements, des projets mal gérés qui sont reportés (aménagement pour les personnes à mobilité réduite ou végétalisation de la cour Daudet), des parcelles communales cédées à des promoteurs immobiliers sans transparence

Les associations maltraitées avec la disparition de locaux sur le site du projet avenue de la gare, le FC Montluel toujours discriminé pour l’accès au stade

Le non-respect de l’environnement avec la destruction programmée du parc boisé de Bellevue et le renvoi d’une source souterraine vers les eaux usées  

La perte d’agrément du centre social par la CAF qui va conduire à ce que la CAF réduise ses financements suite au manque d’activité prolongé décidé par le maire

Montluel classée G « très défavorable » au palmarès des mobilités douces par le baromètre des villes cyclables de la fédération des usagers du cycle, la FUB

La nécessité de sensibiliser la population en cas de problème à la centrale alors que la majorité actuelle n’a fait aucune action de sensibilisation sur la centrale du Bugey

Mal-être au travail et départ de fonctionnaires expérimentés : des agents municipaux ont le courage de briser l’omerta !

Lors du conseil municipal du 9 février, les élus Bien vivre à Montluel ont interpellé Monsieur le Maire concernant des dysfonctionnements liés au mal-être au travail souffert par de nombreux agents municipaux et à l’incapacité de la direction à accompagner l’évolution de carrière des agents.

En septembre dernier, lors du vote d’une convention avec le centre de gestion de la fonction publique territoriale de l’Ain pour la mise à disposition de personnel, nous avions déjà interrogé la majorité municipale sur les postes vacants et l’incapacité de la direction à conserver les talents. Le maire nous avait alors répondu qu’il n’y avait aucun poste vacant … Or ceci s’avère faux comme le montre le budget de la ville présenté en février où de nombreux postes budgétés ne sont finalement pas pourvus !  

L’enquête au long cours publiée le 2 mars par une journaliste du Progrès a mis en lumière la gravité de la situation grâce à des témoignages directs et courageux dénonçant la souffrance au travail, parfois depuis 2017 : manque de respect, hiérarchie infantilisante, absence de communication avec la direction, interdiction de communiquer avec les élus municipaux ou certains partenaires, management par la peur et intimidations, crainte de perte de prime ou de non-titularisation, décisions contraires à l’intérêt général, tolérance d’actes d’homophobie et favoritisme.

Coïncidence, le jour-même de la publication de l’article, le centre social de Montluel organisait une conférence sur le harcèlement scolaire dans les locaux de la mairie… sans collaboration avec les équipes éducatives ou les organisations de parents d’élèves.

Un des révélateurs de la crise à la mairie de Montluel est le départ de plus de dix agents municipaux en une seule année (services techniques, centre social, bibliothèque, police municipale, accueil, etc.), ainsi que deux plaintes pour harcèlement moral déposées contre la direction,actuellement instruites par le tribunal de Trévoux. Face à l’inaction de leur hiérarchie, plusieurs agents ont fait appel au syndicat CFDT « Interco de l’Ain » permettant le déroulement d’une enquête interne. Des élus de la majorité ont également essayé d’agir, en vain ! Le Maire affirme qu’il n’y a eu aucun dysfonctionnement. Cependant quelques cas de harcèlement, l’absence d’écoute et de respect, c’est déjà trop !

Alors que les agents de la ville ont particulièrement montré leur réactivité et mobilisation lors des deux dernières années de crise sanitaire, les élus de Bien à vivre apportent leur soutien aux agents municipaux et sont à leur disposition pour dénoncer ces agissements. Nous avons ainsi demandé au maire d’agir afin de stopper l’hémorragie et améliorer le bien-être au travail des agents municipaux en acceptant d’être à l’écoute de leur malaise, de leur besoin de dialogue et de relations hiérarchiques responsables et respectueuses de chacun.  

Il s’agit aussi que Montluel reste attractive pour des agents expérimentés et des profils qui préparent aux enjeux actuels et futurs. Ces dysfonctionnements ont des conséquences pour les Montluistes avec des travaux de mise en conformité PMR ou de voirie qui sont reportés d’année en année ou le risque d’une perte de l’agrément de la CAF suite au blocage de la plupart des initiatives de l’équipe du centre social pendant la crise sanitaire (la responsable vient à son tour de quitter la mairie).

Que penser des injonctions de la direction demandant aux agents d’agir contre l’intérêt général avec notamment le décaissement de terre sur le stade de football, la suppression des cages et la coupure de l’eau, alors que le stade venait d’être refait par les espaces verts et les cages nouvellement installées ! Au prétexte de la chasse aux moustiques, cette méthode visait à ne pas appliquer les décisions du juge obligeant la mairie à donner accès au FC Montluel dans des conditions non discriminatoires, conduisant à des dépenses inutiles et des procès à rallonge, aux frais des Montluistes.

Le déni de Romain Daubié et l’absence de considération des agents sont à la fois une faute morale et une erreur pour la bonne gestion de notre commune.

« A chaque fois que nous sommes témoins d’une injustice et que nous n’agissons pas, nous formons notre caractère à s’habituer à la passivité et ainsi, finalement, nous perdons toute capacité à nous défendre nous-mêmes et ceux que nous aimons. »

Julian Assange

https://c.leprogres.fr/politique/2022/03/01/valse-du-personnel-a-la-mairie-des-agents-confient-leur-malaise