Lancement réussi de la 2ième Gazette Bien vivre à Montluel à l’occasion du 1ier mai !

Regardez dans votre boîte aux lettres, la Gazette arrive ces prochains jours…

Action « un arbre recherche…. » pour végétaliser la ville !

Action « un arbre recherche sa place, son parking, sa cour d’école » à l’occasion du lancement de la Gazette !

Chantons sous la pluie en l’honneur des droits des travailleurs et des travailleuses.

La chorale SANDIA a chanté des chansons en hommage aux travailleuses et aux travailleurs qui défendent leurs droits à l’occasion du 1ier mai. Merci à tous les 1iers et toutes les 1ières de corvée !

https://c.leprogres.fr/social/2021/05/01/insolite-ils-ressuscitent-des-chansons-pour-la-fete-du-travail

Merci d’être venu.e.s à la Marche pour une vraie Loi Climat à Montluel

Nous étions nombreu.ses.x cet après-midi pour chanter, crier, partager notre volonté d’agir pour protéger véritablement la Planète, ici et maintenant !

Départ de la Marche pour le Climat – promenade des Tilleuls à Montluel

Notre appel pour une vraie loi Climat !

Nous répondons aujourd’hui à l’appel de plus de six cents organisations pour manifester contre le « manque d’ambition » du projet de loi Climat et résilience. 170 évènements sont prévus dans toute la France. Le projet de loi, dont l’examen commence demain, « manque d’ambition » et « des manœuvres tentent de l’affaiblir ». Nous demandons une « vraie loi Climat » à la hauteur de l’urgence écologique et défendons les mesures des 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat. Ce projet de loi est le dernier texte du quinquennat consacré à l’environnement. Il est très loin de l’ambition requise pour répondre à l’urgence écologique et atteindre les objectifs que la France s’est fixés. Le Haut conseil pour le climat a rendu un avis plus que sévère : le gouvernement, après s’être renié sur de nombreux sujets et avoir été reconnu coupable d’inaction climatique, a mis de côté ou considérablement amoindri les propositions de la Convention citoyenne pour le climat que cette loi était censée reprendre. En l’état, le texte ne permet pas de faire baisser nos émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40 % d’ici 2030, et encore moins d’atteindre le nouvel objectif européen (55 % de réduction de GES) alors que la science recommande une réduction de 65 %. En effet, il nous faut atteindre la neutralité carbone en 2050 pour contenir la catastrophe en cours : les eaux montent, les incendies, les vagues de chaleur, les évènement climatiques extrêmes se multiplient. La biodiversité disparait. Nous vivons la sixième grande extinction d’espèces à un rythme jamais vu. Les rendements agricoles diminuent, générant dans le monde des famines et des guerres. Demain, les débats autour du projet de loi Climat et résilience débuteront en séance publique. L’examen en commission spéciale n’a pas permis d’avancer. La plupart des amendements reprenant les propositions de la Convention citoyenne pour le Climat ont été rejetés, suivant l’avis du gouvernement, ou ont été jugés irrecevables. L’ambition écologique de la loi climat doit être revue, notamment s’agissant de la rénovation thermique des bâtiments, de la réglementation de la publicité et de l’utilisation des engrais azotés, du recours aux menus végétariens dans la restauration collective, de la lutte contre l’artificialisation des sols, de la limitation des vols intérieurs en avion ou la responsabilité climat des grandes entreprises.

Troc de graines du SEL Côtière

Deux trocs de graines ont été soutenus par le SEL Bressan (Système d’échange local) et la Grainothèque installée à la MJC. Ces moments ont été animés par des bénévoles le vendredi 26 février, en même temps que la distribution des paniers de l’AMAP de Montluel (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) et le samedi 27 février, en même temps que le Réparathon d’Artilab, rendez-vous mensuel proposé par le Fablab de la Côtière dédié à la réparation des objets.

En amont, des ateliers de recherche et d’ensachage de graines avaient eu lieu afin de proposer des graines potagères locales et bios issus de dons, à toute personne voulant faire un jardin, et de troquer telles graines contre telles autres en fonction des besoins de chacun.e.

Si les visiteurs-ses n’ont pas de graines à apporter, ils-elles peuvent en prendre quand même et l’année suivante en redonner. Le but étant de créer du lien entre toutes les personnes qui jardinent et de partager cette précieuse denrée.

Le but de ces rencontres était également de présenter la BLE (Bourse Locale d’Echanges) issue du SEL Bressan et de lancer l’antenne locale du SEL sur le territoire de la Côtière, de Miribel à Meximieux.

Le SEL permet à ses adhérents d’échanger des biens et des services (coups de main pour du bricolage, des dépannages, prêts de matériel peu utilisé) et des savoir-faire (transmissions d’expériences, de connaissances, de techniques) en dehors du système monétaire. L’unité d’échange du SEL est « le grain de maïs » (une heure de travail = 60 grains).

Nadine, Marie-Noëlle et Marion, à l’initiative de cette nouvelle édition du troc de graines

Un nouveau troc de graines est prévu samedi 20 mars à partir de 14h30 à Sainte-Croix. A cette occasion, des bénévoles de Comm’Une Sereine ont concocté deux jeux de piste avec deux parcours pédestres au départ de la halle de Sainte-Croix. Le premier, d’une durée de 1 heure pour 1 km de marche, vous fera découvrir les particularités urbanistiques et patrimoniales du « cœur de village ». Avec le second, d’une durée de 2 heures pour 5 km de marche, vous découvrirez le plateau Est de la commune, avec ses aspects ruraux et son histoire plus ancienne…

Pour plus d’informations sur les trocs de graines et le SEL Côtière, vous pouvez écrire un mail à l’adresse suivante bienvivreamontluel@gmail.fr

Bien vivre à Montluel lance son premier bulletin

Un grand merci pour vos retours et vos encouragements !

L’association Bien vivre à Montluel a été créée en fin d’année dernière afin de mener à bien un certain nombre de projets avec les habitant.e.s. dans la suite des engagements pris pendant la campagne municipale.

La crise sanitaire limitant les rencontres publiques, nous avons décidé d’aller jusqu’à vous au travers d’une gazette gratuite livrée dans votre boîte aux lettres qui a vocation à revenir sur les sujets locaux d’actualité, rendre compte du mandat des élu.e.s de notre groupe aux conseils municipal et communautaire, mettre en lumière les réflexions et les actions menées par des membres de notre collectif d’habitant.e.s. et créer des liens avec vous.

Bien vivre à Montluel reste ainsi à l’écoute des Montluistes, travaille sur les dossiers municipaux et du territoire de la 3CM, ouvre le champ des possibles car le monde de demain se prépare dès aujourd’hui !

N’hésitez pas à nous écrire pour nous faire part des sujets que vous aimeriez voir abordés dans la prochaine édition qui est déjà en préparation !

bienvivreamontluel@gmail.com

Quelle place pour les habitant.e.s dans les décisions de la commune ?

Tel était le thème du café-débat sur la démocratie organisé lundi 16 décembre dans un bistrot de la place Carnot.

Introduction :
Animer un débat : Débattre avec une ou plusieurs personnes, voilà qui parfois aujourd’hui peut faire un peu peur. Le mot « débat » est devenu un mot synonyme d’affrontement, alors qu’en fait il ne s’agit que d’une discussion où des points de vue différents s‘expriment. Prendre part à un débat, c’est participer à une discussion où chacun.e est prêt.e à changer d’avis. C’est accepter que notre point de vue va peut-être évoluer.
Afin de permettre l’expression de tous les points de vue, des règles relationnelles sont à respecter.

Nous avons ainsi proposé aux vingt-cinq participants de l’atelier 3 temps distincts d’expression :

  • Parler de l’actuel gouvernement du territoire (45 minutes) :
    Objectif : Proposer aux participants d’échanger sur leurs expériences et ressentis de la gouvernance actuelle
    Echange d’informations sur les pratiques actuelles vs  les obligations légales en matière de conseils municipaux, conseils communautaires, enquêtes publiques, réunions d’information…
    Constat : un manque de consultations et de transparence au long du mandat
  • Nos sources d’inspiration (10 minutes) :
    Objectif : Partage d’information pour création d’une culture commune
    Saillans et La Belle Démocratie : “ Le politique, c’est l’habitant, l’élu, son représentant ! ” Partie du refus de voir s’implanter aux abords du village une supérette (projet validé par l’ancien maire), la mobilisation des habitant.e.s a été le support à la composition d’une liste présente aux élections municipales de 2014. Soucieux de voir le plus grand nombre d’habitant.e.s participer aux décisions de la commune, le groupe a organisé son fonctionnement interne en cercles ouverts à tous.tes les habitant.e.s. Chaque cercle s’empare d’une question, d’un projet, décide ensemble des axes prioritaires, des actions. Ces décisions sont ensuite reportées au cercle central “conseil des sages” qui étudie les propositions et valide les décisions. En sciences humaines et sociales, on parle de “sociocratie” pour décrire cette forme de gouvernement. De nombreuses formes d’animation existent pour permettre ces pratiques :
  • la gestion par consentement (GPC) 
  • l’élection sans candidat
  • le jugement majoritaire
    D’autres municipalités et listes “citoyennes” ont été cités :
    Vandoncourt
    Kingersheim
    Orléans Ensemble
    – …
  • Fixer nos objectifs (50 minutes) :
    Objectif : Démonstration d’une forme d’animation pour une prise de décisions en commun
    Attendu : Co-construction concrète d’un programme
    Les participants ont été invités à fonctionner en World café où chaque table était invitée à “imaginer ce que serait un gouvernement plus démocratique du territoire”.
    Chaque table a l’objectif de ne retenir que 3 propositions essentielles, chacune notée sur un post-it et a désigné un rapporteur. Ce dernier est venu présenté les idées à l’ensemble des participants. Elles ont été affichées et regroupées par propositions similaires :
  • Création de conseils de quartier (par territoire) ou conseils citoyens (par thématique) permettant d’impliquer les habitant.e.s dans les réflexions de la municipalité avant toute prise de décision.
  • Mise en place d’un budget participatif dont l’enveloppe est à définir mais qui serait entièrement géré par les habitant.e.s volontaires et/ou tirés au sort
  • Transparence et ouverture des conseils municipaux et commissions municipales : ouverture systématique aux habitant.e.s avec possible prise de parole, recourt à l’expertise de chacun d’entre eux.elles. Diffusion d’informations claires (traduire en langage courant les informations techniques) par tous les moyens possibles (numérique, papier, presse, crieur.crieuse public…). Montée en compétences grâce à des formations des élu.e.s et des habitant.e.s.
  • Recours au référendum municipal à l’initiative des citoyen.ne.s (modalités à définir)
  • Proposer des activités partagées entre habitant.e.s et élu.e.s autour par exemple d’opération de nettoyage volontaire, d’évènements festifs…

Ces propositions co-construites par les participant.e.s forment aujourd’hui le socle démocratique du collectif Bien vivre à Montluel.

On parle de nous !

Merci d’avoir rejoint la Marche pour le climat organisée en Côtière samedi dernier. Grâce à vous nous étions plus de 100 personnes à arpenter les rues de Montuel afin de défendre une meilleure prise en compte écologique au niveau local.

La Marche s’est achevée par le partage d’un goûter festif et musical. Merci à tou.te.s !

Une présentation du collectif Bien vivre à Montluel à la presse a eu lieu à cette occasion, à lire sur le Progrès, le Bugey Côtière et la Voix de l’Ain !

On vous attend lundi 16 décembre à 20h pour notre prochain évènement. A vivre ensemble !

Marche pour le climat du 30 novembre 2019 avec le collectif Bien Vivre à Montluel
Article du quotidien Le Progrès du lundi 2 décembre 2019
Article de l’hebdomadaire Bugey Côtière du 5 au 11 décembre 2019
Article du quotidien La voix de l’Ain du 7 décembre 2019