Merci d’être venu.e.s à la Marche pour une vraie Loi Climat à Montluel

Nous étions nombreu.ses.x cet après-midi pour chanter, crier, partager notre volonté d’agir pour protéger véritablement la Planète, ici et maintenant !

Départ de la Marche pour le Climat – promenade des Tilleuls à Montluel

Notre appel pour une vraie loi Climat !

Nous répondons aujourd’hui à l’appel de plus de six cents organisations pour manifester contre le « manque d’ambition » du projet de loi Climat et résilience. 170 évènements sont prévus dans toute la France. Le projet de loi, dont l’examen commence demain, « manque d’ambition » et « des manœuvres tentent de l’affaiblir ». Nous demandons une « vraie loi Climat » à la hauteur de l’urgence écologique et défendons les mesures des 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat. Ce projet de loi est le dernier texte du quinquennat consacré à l’environnement. Il est très loin de l’ambition requise pour répondre à l’urgence écologique et atteindre les objectifs que la France s’est fixés. Le Haut conseil pour le climat a rendu un avis plus que sévère : le gouvernement, après s’être renié sur de nombreux sujets et avoir été reconnu coupable d’inaction climatique, a mis de côté ou considérablement amoindri les propositions de la Convention citoyenne pour le climat que cette loi était censée reprendre. En l’état, le texte ne permet pas de faire baisser nos émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40 % d’ici 2030, et encore moins d’atteindre le nouvel objectif européen (55 % de réduction de GES) alors que la science recommande une réduction de 65 %. En effet, il nous faut atteindre la neutralité carbone en 2050 pour contenir la catastrophe en cours : les eaux montent, les incendies, les vagues de chaleur, les évènement climatiques extrêmes se multiplient. La biodiversité disparait. Nous vivons la sixième grande extinction d’espèces à un rythme jamais vu. Les rendements agricoles diminuent, générant dans le monde des famines et des guerres. Demain, les débats autour du projet de loi Climat et résilience débuteront en séance publique. L’examen en commission spéciale n’a pas permis d’avancer. La plupart des amendements reprenant les propositions de la Convention citoyenne pour le Climat ont été rejetés, suivant l’avis du gouvernement, ou ont été jugés irrecevables. L’ambition écologique de la loi climat doit être revue, notamment s’agissant de la rénovation thermique des bâtiments, de la réglementation de la publicité et de l’utilisation des engrais azotés, du recours aux menus végétariens dans la restauration collective, de la lutte contre l’artificialisation des sols, de la limitation des vols intérieurs en avion ou la responsabilité climat des grandes entreprises.

Marche pour une vraie Loi Climat dimanche 28 mars à Montluel – départ à 14 heures promenade des Tilleuls

Le 28 mars, veille de l’examen du projet de loi, nous nous mobiliserons ensemble pour dénoncer son manque d’ambition et les manœuvres qui tentent de l’affaiblir, afin d’exiger une vraie Loi Climat à la hauteur de l’urgence écologique et défendre les mesures des 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat.

Présente dans de nombreuses villes, elle se tiendra à Montluel  à partir de 14 heures, promenade des Tilleuls. Le cortège défilera ensuite à travers la ville pour terminer par un moment convivial et familial sur la place du collège Emile Cizain, autour d’une soupe chaude et autres boissons.

Vous souhaitez participer, venez défiler avec nous, à pied, à bicyclette ou autres engins en « mode doux » dans une ambiance festive ! Un prix du mode de transport le plus original sera décerné à la fin du défilé.

L’écologie et l’économie sociale et solidaire sont les enjeux de ce siècle et Bien Vivre à Montluel souhaite voir son territoire s’adapter au réchauffement climatique, à la sobriété énergétique et soutenir le dynamisme des circuits courts !

Notre collectif d’habitant.e.s s’est présenté aux élections municipales de 2020. Il a entrepris depuis sa constitution en avril 2019 un « dialogue avec les habitant.e.s » questionnant sur « ce qui me va », « ce que je n’aime pas » et « le Montluel dont je rêve ! » afin de relayer leurs aspirations et co-construire avec eux, la résolution des problèmes ayant des effets sur le quotidien, et de tous et toutes nous préparer un avenir plus serein.

Notre mobilisation témoigne de notre attachement au local, de notre volonté de renforcer nos liens et du pari de l’intelligence collective pour que, tous et toutes, nous puissions Bien vivre à Montluel.

Troc de graines du SEL Côtière

Deux trocs de graines ont été soutenus par le SEL Bressan (Système d’échange local) et la Grainothèque installée à la MJC. Ces moments ont été animés par des bénévoles le vendredi 26 février, en même temps que la distribution des paniers de l’AMAP de Montluel (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) et le samedi 27 février, en même temps que le Réparathon d’Artilab, rendez-vous mensuel proposé par le Fablab de la Côtière dédié à la réparation des objets.

En amont, des ateliers de recherche et d’ensachage de graines avaient eu lieu afin de proposer des graines potagères locales et bios issus de dons, à toute personne voulant faire un jardin, et de troquer telles graines contre telles autres en fonction des besoins de chacun.e.

Si les visiteurs-ses n’ont pas de graines à apporter, ils-elles peuvent en prendre quand même et l’année suivante en redonner. Le but étant de créer du lien entre toutes les personnes qui jardinent et de partager cette précieuse denrée.

Le but de ces rencontres était également de présenter la BLE (Bourse Locale d’Echanges) issue du SEL Bressan et de lancer l’antenne locale du SEL sur le territoire de la Côtière, de Miribel à Meximieux.

Le SEL permet à ses adhérents d’échanger des biens et des services (coups de main pour du bricolage, des dépannages, prêts de matériel peu utilisé) et des savoir-faire (transmissions d’expériences, de connaissances, de techniques) en dehors du système monétaire. L’unité d’échange du SEL est « le grain de maïs » (une heure de travail = 60 grains).

Nadine, Marie-Noëlle et Marion, à l’initiative de cette nouvelle édition du troc de graines

Un nouveau troc de graines est prévu samedi 20 mars à partir de 14h30 à Sainte-Croix. A cette occasion, des bénévoles de Comm’Une Sereine ont concocté deux jeux de piste avec deux parcours pédestres au départ de la halle de Sainte-Croix. Le premier, d’une durée de 1 heure pour 1 km de marche, vous fera découvrir les particularités urbanistiques et patrimoniales du « cœur de village ». Avec le second, d’une durée de 2 heures pour 5 km de marche, vous découvrirez le plateau Est de la commune, avec ses aspects ruraux et son histoire plus ancienne…

Pour plus d’informations sur les trocs de graines et le SEL Côtière, vous pouvez écrire un mail à l’adresse suivante bienvivreamontluel@gmail.fr

Notre avis sur la démocratie locale

A l’occasion du conseil municipal du 24 février dernier, les élu.e.s de Bien vivre à Montluel ont alerté sur le manque de débats au sein du nouveau conseil municipal et l’absence d’information transparente auprès des Montluistes.

Il est annoncé par le Maire que le compte rendu du dernier conseil datant de novembre 2020 n’est toujours pas validé et donc n’est toujours pas affiché ou mis en ligne. Par ailleurs, il est refusé aux élu.e.s de notre groupe de s’asseoir à proximité les un.e.s des autres lors du conseil.

Monsieur le Maire,

Il y a bien une forme de légèreté dans votre manière de conduire la démocratie locale.

Plus de trois mois pour réunir le conseil municipal, et pendant ces trois mois, il n’a pas été possible de rédiger le compte rendu du dernier conseil !!!

Il avait déjà fallu attendre quatre mois et demi pour que se tienne le précédent.

Vous tenez absolument à nous faire penser que la Marianne d’Or est un vieux morceau de ferraille rouillée récupérée à la déchetterie sur lequel vous passez régulièrement une couche de peinture dorée qui s’écaille aussi vite qu’elle a été appliquée !

Lorsque, en entrant dans la salle, […] m’a demandé si tout allait bien, je lui ai répondu que « Ça irait bien mieux si nous étions considéré.e.s ! »

De nombreuses mairies programment leurs conseils longtemps à l’avance, à dates fixes, tout comme le fait la 3CM ; et comme ce fut le cas, avec constance entre 2008 et 2014. Il a bien une mauvaise foi et un mépris appuyé des élu.e.s minoritaires dans votre attitude à notre égard, en refusant cela.

Surtout, qu’avec constance, vous nous ignorez superbement entre deux réunions de notre instance. Aucune information, aucune sollicitation, absolument aucune considération. Le néant ! Nous n’existons pas ! Le Mépris !

Même lors des rares (!) conseils municipaux, nous ne sommes pas autorisé.e.s (bien évidemment avec respect des gestes barrières) à nous regrouper, entre élu.e.s Bien vivre à Montluel.

Le Président de la République, en avril dernier suggérait que le monde devait changer, que nous devions changer, que lui-même devait changer.

Ce n’est pour le moment que de vaine paroles, mais l’idée était très juste. Quand allez-vous vous appliquez cette vérité d’évidence ?

Jean-Claude PÉRON – Bien vivre à Montluel

Crise sociale : la mairie doit agir !

Les élu.e.s de Bien vivre à Montluel ont fait part de leurs propositions à l’occasion du débat d’orientation budgétaire lors du conseil municipal du 24 février

La crise sanitaire que nous connaissons entraîne une crise sociale se traduisant par une augmentation du nombre de personnes paupérisées ou en voie de paupérisation. C’est dans ce cadre que les propositions ci-après pourraient être mises en œuvre et intégrées dans le prochain budget primitif :

  • Réalisation d’un diagnostic sur les fragilités sociales révélées par la crise (la municipalité burgienne a commandé un tel diagnostic à une société, le cabinet Compas, qui se révèle un outil précieux pour l’action municipale) ;
  • Création d’un groupe de travail sur le sujet des fragilités sociales, comprenant les membres du CCAS, l’adjointe à la solidarité et les personnels de la mairie concernés ainsi que les associations qui œuvrent dans le domaine ;
  • Création d’un second groupe de travail sur le sujet des personnes isolé.e.s et/ou fragilisé.e.s psychologiquement par la crise actuelle, comprenant l’adjoint à la vie associative, vie sportive, animation de la commune, l’adjointe à la solidarité et les personnels de la mairie concernés ainsi que les associations qui œuvrent dans le domaine, la MJC, l’OMCM… ;
  • Une augmentation de la subvention au Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) ;
  • La mise en chantier d’une réflexion sur la création d’une épicerie solidaire, reprenant éventuellement le dossier déjà commencé il y a plusieurs années.

Par ailleurs, afin de pouvoir financer plus de projets, le conseil municipal pourrait s’adresser à la représentation nationale, en prenant lien avec d’autres collectivités locales, afin de demander la réorientation d’une partie des 100 milliards de plan d’urgence vers les collectivités locales, notamment pour qu’elles puissent assurer l’aide indispensable aux personnes fragilisées.

Jean-Claude PÉRON – Bien Vivre à Montluel

Débat d’orientation budgétaire : nos propositions (1/2)

A l’occasion de la présentation des orientations budgétaires lors du conseil municipal du 24 février, les élu.e.s de Bien vivre à Montluel ont apporté leur éclairage et leurs propositions. On en parle avec vous !

Voici un extrait de nos interventions.

Tout d’abord, l’orientation budgétaire que vous nous présentez aujourd’hui est bien décevante. Elle ne constitue pas une réponse aux crises auxquelles nous avons à faire face.

1) La nécessaire et urgente transition écologique. La France n’a pas atteint ses objectifs pour 2020 en ce qui concerne la réduction d’émission de gaz à effet de serre. En début de semaine encore le Haut Conseil pour le climat a émis un rapport sévère sur les insuffisances de la loi « climat et résilience »…
Le GIEC nous alerte régulièrement : l’objectif de ne pas dépasser 2°C d’augmentation de la température terrestre d’ici 2100 ne sera pas atteint si nous ne changeons pas, sans parler de l’érosion de la biodiversité : nous vivons actuellement la sixième extinction d’espèce, la plus rapide que la terre ai jamais connu.
Il faut changer radicalement, nos modes de transport, d’alimentation, de travail, notre habitat, non seulement pour nous adapter aux changements qui auront lieu (évènements climatiques extrêmes, épidémies), mais aussi pour éviter le pire : les scientifiques sont formels : nous sommes en train d’éradiquer la vie, de faire de notre
planète un enfer.

Dans ce contexte, les collectivités doivent œuvrer encore davantage pour rendre leurs territoires résilients. Or ici, c’est le contraire qui est fait, dans la légende du colibri, non seulement vous n’apportez pas votre goutte d’eau pour éteindre l’incendie, mais vous jetez de l’huile :

  • Quand vous multipliez les parkings : d’après les études mobilité, c’est tout le contraire de ce qu’il faudrait faire.
  • Vous prévoyez de budgéter encore des caméras, plusieurs dizaines de milliers d’euros. Un débat doit être organisé, sur la base de chiffres qualitatifs et quantitatifs sur les actes de délinquance à Montluel, du coût total, et de l’efficacité de ces dépenses qui ne s’arrêtent plus.

Pourtant, à travers les compétences communales, vous pourriez agir fortement, sur le bâti, les écoles, la mobilité, le social. Nous avons voté une délibération concernant la production d’énergie sur les bâtis communaux, nous n’en avons pas vu de dépenses en référence à ce partenariat.
Concernant les écoles, vous allez enfin faire une partie des rénovations qui attendent depuis des années, et que vous faites au compte goutte, je ne parle pas des fenêtres que vous avez fait poser dans la précipitation et qu’il faut déjà changer.
Je me félicite que vous ayez entendu qu’il fallait répondre à l’appel à projet « coin de verdure et pluie » de l’Agence de l’eau RMC, concernant le réaménagement de la cour de l’école Alphonse Daudet : vous ne bitumerez pas comme vous l’avez fait à la maternelle Saint Exupéry. Heureusement, la date limite de réponse a été repoussée et vous laisse le temps de faire un travail élaboré, en concertation avec les parents, les enseignants, les associations de préservation de la biodiversité. Si je peux me permettre, vous pouvez prendre exemple sur les villes de Grenoble et Lyon. Vous
aurez d’autant plus de chance de remporter l’appel à projet.
Ces travaux sont indispensables au bien être des élèves et à la transition écologique, il est dommage de le conditionner à la subvention de l’agence de l’eau.
Vous pourriez aussi avoir l’ambition de travailler dans le cadre du PCAET (Plan Climat Air Energie Territorial) pour travailler sur l’alimentation des écoliers en fixant un objectif de 100% bio et local, soutenant ainsi l’économie locale et les agriculteurs.
Concernant la mobilité, la 3CM élabore un schéma de mobilité, et le travail des communes doit être actif pour permettre aux citoyens de se déplacer autrement.

Deuxièmement, vous faites un bref état des lieux des actions de la commune face à l’épidémie. Je n’y vois rien de plus que ce qui a été organisé ailleurs, vous avez comme tout le monde participé à la course à la distribution de masques.
Mais rien ne transparait dans ce rapport d’orientation qui puisse répondre aux crises qu’a provoquées cette épidémie. Si l’on en croit les chiffres du chômage, il faudra répondre massivement à la détresse sociale et psychologique générée par les confinements et les restrictions sanitaires. Il faudra aider encore davantage les associations, notamment sportives et culturelles, domaines qui accusent le coup de cette crise, et à qui l’on doit permettre de rebondir (il faudra une augmentation
encore plus conséquente que celle de 2019 où nous avons noté que vous prépariez les élections). Sans oublier les entreprises du territoire qui ont souffert de la crise sanitaire, les entreprises de l’économie présentielle, il est nécessaire d’agir aux côté de la 3CM pour aider ces entreprises constitué souvent de petits entrepreneurs.
Pour répondre présent, il faut investir, dans un esprit de service public plutôt que de compétitivité, au lieu de cela, nous constatons : des dépenses d’investissement en baisse. Que vous allez demander aux services de faire encore des efforts de dépense…
Quant aux recettes , vous vous vantez encore de ne pas augmenter les impôts. Je rappelle que vous ne les avez pas augmenté au prix de la vente du patrimoine de Montluel, dont le Parc Bellevue. J’aurais préféré que vous vous vantiez d’améliorer le service public. Il semble que Montluel perde de son attractivité puisque par rapport
aux communes voisines qui en gagnent, nous perdons des habitants.
Concernant le PLH, tout comme un PLUI, la 3CM engage un schéma de la mutualisation dont j’espère vous profiterez pour faire gagner de l’efficience à vos services plutôt que de les brider.

Albane COLIN– Bien vivre à Montluel

Bien vivre à Montluel lance son premier bulletin

Un grand merci pour vos retours et vos encouragements !

L’association Bien vivre à Montluel a été créée en fin d’année dernière afin de mener à bien un certain nombre de projets avec les habitant.e.s. dans la suite des engagements pris pendant la campagne municipale.

La crise sanitaire limitant les rencontres publiques, nous avons décidé d’aller jusqu’à vous au travers d’une gazette gratuite livrée dans votre boîte aux lettres qui a vocation à revenir sur les sujets locaux d’actualité, rendre compte du mandat des élu.e.s de notre groupe aux conseils municipal et communautaire, mettre en lumière les réflexions et les actions menées par des membres de notre collectif d’habitant.e.s. et créer des liens avec vous.

Bien vivre à Montluel reste ainsi à l’écoute des Montluistes, travaille sur les dossiers municipaux et du territoire de la 3CM, ouvre le champ des possibles car le monde de demain se prépare dès aujourd’hui !

N’hésitez pas à nous écrire pour nous faire part des sujets que vous aimeriez voir abordés dans la prochaine édition qui est déjà en préparation !

bienvivreamontluel@gmail.com

Donnez votre avis sur les projets du territoire !

La 3CM lance un sondage jusqu’au 7 février sur les thématiques suivantes en vue de prioriser les projets du territoire.

– L’attractivité : pour attirer des entreprises, créer de l’emploi, accueillir des touristes et améliorer la qualité de vie,

– La transition écologique : pour préserver l’environnement et les ressources du territoire, accompagner le changement des comportements et adopter les bons gestes,

– La citoyenneté : pour construire une relation plus forte avec les citoyens, permettre à tous de disposer de services publics de qualité et de participer à la vie du territoire.

Sur chacune de ces thématiques, vous pouvez choisir les projets les plus importants pour vous en votant ou en classant les projets par ordre de préférence ! 

Participez nombreux. C’est anonyme !

https://fr.surveymonkey.com/r/3cm-thvp

Nos meilleurs vœux aux Montluistes

Le collectif Bien Vivre à Montluel présente aux Montluistes ses meilleurs vœux de santé, de solidarité et de prospérité en cette nouvelle année.

Nous rendons hommage à celles et ceux qui ont été touchés par le Covid et remercions la mobilisation des soignant.e.s, des fonctionnaires, des commerçants et des habitant.e.s qui ont su s’adapter tant bien que mal au cours de cette longue période.

Nous souhaitons que tout soit mis en œuvre sur notre territoire pour rebondir face à la crise sanitaire et économique qui s’est installée en 2020. Nos élu.e.s s’engagent à travailler pour faire émerger une réponse forte des collectivités tournées vers une économie durable et résiliente qui respecte l’environnement et protège les habitant.e.s de la casse sociale qui s’exprime déjà.

Il s’agit d’agir dès maintenant par une action publique volontaire et innovante qui renforce les liens qui nous unissent.

Soutenons le monde associatif où les valeurs de partage, de solidarité et de bienveillance prennent le pas sur la compétition et l’individualisme. Proposons-lui des solutions adaptées à cette crise sanitaire.

Relocalisons notre consommation, notre alimentation, nos services du quotidien, promouvons l’agriculture bio et paysanne, l’artisanat, le recyclage et la réparation, les transports et l’énergie alternatifs. Rénovons et isolons les habitations, construisons autrement. Rendons notre territoire attractif en soutenant les commerçant.e.s et bénévoles qui innovent au quotidien et renouons le lien culturel et social.

Construisons ensemble une ville plus solidaire, écologique et démocratique pour Bien vivre à Montluel.

Le collectif Bien vivre à Montluel