Merci d’être venu.e.s à la Marche pour une vraie Loi Climat à Montluel

Nous étions nombreu.ses.x cet après-midi pour chanter, crier, partager notre volonté d’agir pour protéger véritablement la Planète, ici et maintenant !

Départ de la Marche pour le Climat – promenade des Tilleuls à Montluel

Notre appel pour une vraie loi Climat !

Nous répondons aujourd’hui à l’appel de plus de six cents organisations pour manifester contre le « manque d’ambition » du projet de loi Climat et résilience. 170 évènements sont prévus dans toute la France. Le projet de loi, dont l’examen commence demain, « manque d’ambition » et « des manœuvres tentent de l’affaiblir ». Nous demandons une « vraie loi Climat » à la hauteur de l’urgence écologique et défendons les mesures des 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat. Ce projet de loi est le dernier texte du quinquennat consacré à l’environnement. Il est très loin de l’ambition requise pour répondre à l’urgence écologique et atteindre les objectifs que la France s’est fixés. Le Haut conseil pour le climat a rendu un avis plus que sévère : le gouvernement, après s’être renié sur de nombreux sujets et avoir été reconnu coupable d’inaction climatique, a mis de côté ou considérablement amoindri les propositions de la Convention citoyenne pour le climat que cette loi était censée reprendre. En l’état, le texte ne permet pas de faire baisser nos émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40 % d’ici 2030, et encore moins d’atteindre le nouvel objectif européen (55 % de réduction de GES) alors que la science recommande une réduction de 65 %. En effet, il nous faut atteindre la neutralité carbone en 2050 pour contenir la catastrophe en cours : les eaux montent, les incendies, les vagues de chaleur, les évènement climatiques extrêmes se multiplient. La biodiversité disparait. Nous vivons la sixième grande extinction d’espèces à un rythme jamais vu. Les rendements agricoles diminuent, générant dans le monde des famines et des guerres. Demain, les débats autour du projet de loi Climat et résilience débuteront en séance publique. L’examen en commission spéciale n’a pas permis d’avancer. La plupart des amendements reprenant les propositions de la Convention citoyenne pour le Climat ont été rejetés, suivant l’avis du gouvernement, ou ont été jugés irrecevables. L’ambition écologique de la loi climat doit être revue, notamment s’agissant de la rénovation thermique des bâtiments, de la réglementation de la publicité et de l’utilisation des engrais azotés, du recours aux menus végétariens dans la restauration collective, de la lutte contre l’artificialisation des sols, de la limitation des vols intérieurs en avion ou la responsabilité climat des grandes entreprises.

Troc de graines du SEL Côtière

Deux trocs de graines ont été soutenus par le SEL Bressan (Système d’échange local) et la Grainothèque installée à la MJC. Ces moments ont été animés par des bénévoles le vendredi 26 février, en même temps que la distribution des paniers de l’AMAP de Montluel (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) et le samedi 27 février, en même temps que le Réparathon d’Artilab, rendez-vous mensuel proposé par le Fablab de la Côtière dédié à la réparation des objets.

En amont, des ateliers de recherche et d’ensachage de graines avaient eu lieu afin de proposer des graines potagères locales et bios issus de dons, à toute personne voulant faire un jardin, et de troquer telles graines contre telles autres en fonction des besoins de chacun.e.

Si les visiteurs-ses n’ont pas de graines à apporter, ils-elles peuvent en prendre quand même et l’année suivante en redonner. Le but étant de créer du lien entre toutes les personnes qui jardinent et de partager cette précieuse denrée.

Le but de ces rencontres était également de présenter la BLE (Bourse Locale d’Echanges) issue du SEL Bressan et de lancer l’antenne locale du SEL sur le territoire de la Côtière, de Miribel à Meximieux.

Le SEL permet à ses adhérents d’échanger des biens et des services (coups de main pour du bricolage, des dépannages, prêts de matériel peu utilisé) et des savoir-faire (transmissions d’expériences, de connaissances, de techniques) en dehors du système monétaire. L’unité d’échange du SEL est « le grain de maïs » (une heure de travail = 60 grains).

Nadine, Marie-Noëlle et Marion, à l’initiative de cette nouvelle édition du troc de graines

Un nouveau troc de graines est prévu samedi 20 mars à partir de 14h30 à Sainte-Croix. A cette occasion, des bénévoles de Comm’Une Sereine ont concocté deux jeux de piste avec deux parcours pédestres au départ de la halle de Sainte-Croix. Le premier, d’une durée de 1 heure pour 1 km de marche, vous fera découvrir les particularités urbanistiques et patrimoniales du « cœur de village ». Avec le second, d’une durée de 2 heures pour 5 km de marche, vous découvrirez le plateau Est de la commune, avec ses aspects ruraux et son histoire plus ancienne…

Pour plus d’informations sur les trocs de graines et le SEL Côtière, vous pouvez écrire un mail à l’adresse suivante bienvivreamontluel@gmail.fr

Communiqué de presse – gestion de l’eau

La gestion de l’eau catastrophique de la commune par Romain Daubié ressurgit sur les factures… Une aberration écologique et économique !

  • L’équipe de Romain Daubié n’a pas fait relever les compteurs par Veolia depuis au moins un an et demi, certainement en prévision des élections de 2020, puisque les factures allaient arriver en fin d’année 2019.
  • L’équipe de Romain Daubié a refusé la facture unique proposée par la 3CM rassemblant eau et assainissement, ce qui a généré des frais supplémentaires liés à une double facturation.

Le rattrapage effectué cette année, s’ajoutant à l’effet du retour à la facturation unique, donne lieu à des factures difficilement supportables pour les usagers.

  • Enfin, l’équipe de Romain Daubié n’a fait aucun investissement pour les réseaux pendant tout son mandat, jouant la montre en attendant que la compétence soit transférée à la 3CM le 1er janvier 2020.

Le taux de rendement de la distribution de l’eau de Montluel est à ce jour seulement de 50%, ce qui est économiquement et écologiquement irresponsable : de l’eau prélevée, traitée et évanouie dans nos sols ! Ce sont des centaines de milliers de m3 perdus ! A l’heure ou l’eau se raréfie à chaque sécheresse !

Aujourd’hui, la 3CM subit cette situation puisqu’elle doit faire changer ou réparer quasiment tous les réseaux de Montluel pour atteindre 70% de rendement, tel que le recommande l’Agence de l’Eau, faisant supporter à toutes les communes cette charge qui ne concerne que Montluel et liée totalement à l’immobilisme du maire. En 2021, ce sont pas moins de 900 000 € qui seront investis pour le haut de Montluel.

Une pénalité a été payée à l’agence de l’eau par la 3CM à cause des rendements inférieurs à 70% sur la commune de Montluel.

Cette somme s’ajoute aux 47 000€ de « participation » que la commune de Montluel devait fournir à la prise de compétence de la 3CM. Le budget « eau » de Montluel étant déficitaire au moment de la prise de compétence, car la commune n‘avait pas procédé à la facturation, élections oblige.

Au cours du mandat de Jacky Bernard 2008 – 2014, la réfection progressive des réseaux de distribution, ainsi qu’un programme de changement des compteurs en plomb, certes insuffisant au regard du retard pris par les mandatures précédentes de P. Cormorèche et J. Banderier, ont permis de remonter le taux de rendement à la fin du mandat en 2014 à près de 70%. Les réseaux se sont donc considérablement dégradés depuis cette date, sous le mandat précédent de Romain Daubié qui n’a rien fait pour poursuivre les travaux.

Notre collectif défend une gestion de l’eau comme bien commun, et espère un redressement rapide de la situation.

Bien que nous ayons conscience que la 3CM n’est pas responsable de la situation, nous demandons qu’elle étudie un échelonnement des paiements pour les foyers dans l’impossibilité d’honorer ces factures.

Article de La Côtière du 15 décembre 2020

Pour aller plus loin

Métropole de Lyon: la gestion de l’eau potable redeviendra publique en 2023

La métropole de Lyon va reprendre la main sur la gestion de son eau potable. La nouvelle majorité métropolitaine lance le chantier : une régie publique sera chargée, dès le 1er janvier 2023, de produire et de distribuer les 245.000 m3 d’eau nécessaires chaque jour à l’agglomération et à ses 1,2 million d’habitants. Ce marché de 88 millions d’euros annuels échappe au groupe Veolia qui assure l’exploitation du réseau depuis 2015, dans le cadre d’une délégation de service public (DSP) qui arrive à échéance en décembre 2022.

Article 2 : Connaissez-vous la qualité de l’eau de notre ville ?

L’eau que nous buvons nous est fournie par deux puits de captage, l’un situé à Balan et l’autre à Thil. Il s’agit de deux sources d’eau contrôlées parmi les plus polluées de France.

Les niveaux de nitrates et de pesticides produits principalement par l’agriculture intensive y sont très problématiques à tel point qu’un plan d’action est mené depuis 2014 par notre communauté de communes et l’agence de l’eau pour atténuer dans le temps cette pollution.

Notre liste, dont certains membres siègeront au conseil communautaire, mènera une politique active de défense de la qualité l’eau. 

Nos propositions :

  • Une politique incitative de reconversion des agriculteurs vers une production sans emploi de pesticides,
  • L’agrandissement de la zone de prévention autour des captages,
  • Le recrutement et la pérennisation d’un chargé de mission “eau potable” à la 3CM permettant d’assurer la stricte application des recommandations sanitaires sur le territoire.  

Plus d’informations sur la qualité de l’eau votre territoire : 

Étude de l’aire d’alimentation du captage de Balan et de Thil 

Caractérisation générale des pressions agricoles et non agricoles du territoire

Etude Balan

Etude Thil

——————————————————————————————

https://veille-eau.com/emplois-et-stages/offre/7368-charge-de-mission-eau-potable

Article 4 : Soutenir le commerce de proximité

Les commerces du centre-ville peinent à subsister et à tirer parti des nouveaux modes de consommation. Ils subissent la concurrence des supermarchés qui s’attaquent peu à peu à toutes les formes de commerce de proximité : librairie, traiteur, pressing, laverie… 

Notre souhait est que le commerce profite à tous et ne soit pas réservé aux seuls dont les capacités d’investissement et de promotion sont sans commune mesure.

Nous pensons que la diversité des commerces est une richesse et qu’il est nécessaire de soutenir les nouveaux commerçants dans leur installation et leur développement.

L’essor du commerce de produits biologiques et locaux ces 10 dernières années est un fait indéniable. 

L’une de nos propositions serait d’implanter une halle coopérative au centre-ville de Montluel distribuant l’offre de producteurs locaux.

Une autre proposition serait d’ouvrir les boutiques abandonnées du centre-ville à des concepts tests comme celui d’un magasin témoin permettant à des créateurs de tester leur concept sans trop de frais et/ou celui d’un magasin éphémère pour donner de la visibilité aux initiatives de l’économie sociale et solidaire.

Ceci n’est pas de la science-fiction. Des mairies ont déjà fait ces choix de soutien.

Pour que le commerce profite à tous !

Article 6: Des repas collectifs 100% bios et majoritairement locaux.

«Les collectivités n’ont plus le droit aux pesticides sur la voie publique, alors pourquoi en mettrait-on dans les assiettes des enfants ?» : 

Éric Boisnard, maire de Courtonne-la-Meurdrac, affiche une cantine 100% bio comme une évidence.

La restauration collective est un levier d’action important sur notre territoire. 

Avec deux restaurants scolaires, fournissant environ 400 repas par jour, nous pouvons agir pour la planète, sur l’emploi, sur la qualité de l’eau, sur la santé, en particulier celle de nos enfants et celle nos agriculteurs, réduire les déchets, l’épandage de pesticides, les transports, gérer la consommation d’eau. 

Si cette démarche s’étend à tout le territoire intercommunal, ce sont des milliers de repas par jour d’école qui sont concernés.

Le bio et local, les dix bonnes raison de s’y mettre :

1. Bon pour la santé

2. Bon pour l’environnement et la biodiversité 

3. Bon pour les agriculteurs, les acteurs de l’alimentation, l’économie locale 

4. Bon pour contenir les effets du changement climatique

5. Bon pour éduquer et sensibiliser les citoyens mangeurs 

6. Bon pour reprendre la main sur le développement du territoire 

7. Bon pour redessiner les paysages 

8. Bon pour créer de l’émulation dans les services de la collectivité 

9. Bon pour gérer au mieux les deniers publics 

10. Bon pour le moral !

Sources : 

https://www.brut.media/fr/news/ces-cantines-scolaires-proposent-des-repas-100-bio-ded0be10-8b44-4990-8491-acfdc7831f1f

http://www.unplusbio.org/

Article 7: Rénover les écoles, une aubaine pour le climat… scolaire et planétaire !

Les écoles publiques de Montluel (Alphonse Daudet, Antoine de Saint Exupéry et maternelle de Jailleux) accueillent approximativement 650 enfants.

Mais aujourd’hui nos bâtiments scolaires sont de vraies passoires thermiques : avec des chaudières au fioul, le bilan carbone de ces bâtiments est catastrophique !

Une rénovation globale des écoles est nécessaire, dans un esprit bioclimatique qui permettra le bien être des enfants et de l’équipe éducative.

Les bénéfices d’une rénovation de nos écoles :  

  • Les matériaux sains permettent d’éviter une exposition aux perturbateurs endocriniens, composés organiques volatiles, qui peuvent avoir un effet, non seulement sur la santé à long terme, mais aussi sur la concentration des enfants,
  • Des températures régulées correctement sont une condition sine qua none d’un travail efficace. Durant la canicule, les enfants ne peuvent pas travailler,
  • L’ensoleillement et la lumière naturelle doivent aussi être des paramètres régulés : les enseignants ne doivent pas choisir entre avoir trop chaud ou enseigner volets fermés.

Les solution architecturales de rénovation globales existent, pour isoler et réguler correctement ces  paramètres.

Peut-on financer ces rénovations ? 

L’investissement dans notre commune a été ramené au plus bas depuis de longues années et notamment au cours de la mandature actuelle. Les conséquences de cette politique conservatrice se traduit par la dégradation de l’équipement public de la ville et donc des écoles. Elu.e.s, nous devons être pragmatiques face à nos capacités budgétaires mais nous ajusterons nos priorités d’investissements pour accompagner le futur de nos enfants. 

Et pour la communauté de communes?

L’efficacité énergétique et la rénovation des bâtiments municipaux et intercommunaux sont des problématiques intercommunautaires. Un financement commun, qui promet des retours sur investissements immédiats ainsi qu’un plan pluriannuel d’investissement sur ces bâtiments doit être réalisé.

En savoir plus : https://cler.org/la-conception-climatique-en-renovation/

Article 9 : Une ville plus écologique et solidaire

Déclarons l’état d’urgence climatique en augmentant le nombre d’espaces verts en étroite collaboration avec les habitant.e.s, et en protégeant la biodiversité afin de réagir au changement climatique. 

Notre collectif prône la fin du “tout automobile” avec une alternative au développement des parkings. Il s’agit de partager les espaces publics entre les différents usagers et donner la priorité aux transports en commun, aux piétons et aux cyclistes, pour une meilleure qualité de l’air et de l’eau, et de développer un recyclage des déchets innovant et adapté à la population (ramassage à domicile pour les personnes âgées).

Dorénavant les projets urbains seront envisagés sous le prisme de cette volonté écologique, en améliorant et rendant plus accessible le réseau de transports publics, tout en élargissant les publics éligibles aux aides pour les accompagner dans ce changement.

La transformation écologique se traduit aussi par la rénovation, y compris énergétique, des bâtiments publics et du parc de logement social existant, lequel sera attribué en priorité aux personnes âgées, aux personnes handicapées, ou en situation de vulnérabilité. Il s’agira aussi d’accompagner les particuliers dans la rénovation de leurs habitations et de penser la construction des logements neufs en anticipant l’aménagement urbain comme l’éclairage public et les travaux de voirie. 

Elu.e.s. nous proposons la mise en place d’un référent pour accompagner les projets de rénovation énergétique afin d’accompagner les habitant.e.s. dans l’accès aux aides disponibles sur le territoire, mais aussi d’inscrire notre ville dans les programmes nationaux de soutien à la rénovation urbaine et de préservation du patrimoine. Il s’agira d’anticiper et d’accompagner les propriétaires pour agir en responsabilité avant qu’il ne soit trop tard, en refusant les logements insalubres et incitant à la réhabilitation et la rénovation des habitations anciennes.

Le collectif ambitionne une plus grande solidarité afin d’accompagner le tissu associatif (travail en réseau, échange des compétences et des outils), la mise en place d’un budget participatif pour accompagner les idées et les initiatives (accès facilité aux infrastructures publiques, financement), l’appropriation de nouveaux espaces publics par les habitant.e.s (potagers partagés, lieux pour les jeunes). 

Le collectif souhaite rénover et mettre en valeur le centre historique, afin de dynamiser le commerce et les services afin de proposer un cadre de vie accueillant qui encourage les habitant.e.s à venir faire leurs courses et passer du temps dans leur ville, grâce à une activité culturelle, sportive et citoyenne renforcée et abordable, et à l’accompagnement des actions qui créent du lien entre les quartiers, entre les générations et soutiennent les familles.

Article 10 : Accélérer le déploiement de la fibre optique

Le numérique est devenu un maillon essentiel de l’économie et est un vecteur d’innovations disposant d’un potentiel d’économie d’énergie dans plusieurs secteurs d’activité, notamment grâce à l’adaptation intelligente de la thermique des bâtiments, la détection et la mesure des pertes sur les réseaux d’électricité, de gaz ou d’eau ou encore la mutualisation des lieux de vie et de leurs fonctions avec le développement du télétravail et du coworking. Ainsi, en complément du développement des usages, la fibre optique est une technologie qui offre la meilleure des consommations : en moyenne sur une année, un utilisateur de réseau mobile 4G consommerait de l’ordre de 50 kWh d’électricité, contre 19 kWh pour une ligne téléphonique classique (RTC), 16 kWh pour une ligne téléphonique avec une box en dégroupage (ADSL) et 5 kWh pour une ligne téléphonique en fibre optique.

Le collectif Bien vivre à Montluel propose d’accélérer le déploiement de la fibre optique sur notre territoire en relation étroite avec le syndicat SIEA en charge des réseaux électriques et de communications électroniques sur notre territoire. Les nouvelles technologies seront mises à profit de la transition énergétique, avec une meilleure gestion du chauffage et de l’éclairage dans les bâtiments publics, ainsi que pour faciliter la remontée directe d’informations par les habitant.e.s.

Mais le numérique est aussi porteur de l’effet rebond, paradoxe qui consiste en ce que les différentes innovations technologiques qui améliorent l’efficacité énergétique conduisent à l’augmentation de la consommation. En effet, alors que l’automatisation de la gestion de certains équipements (par exemple le chauffage) peut réduire la consommation énergétique d’un bâtiment public, l’utilisation des assistants vocaux pour piloter des équipements pourrait entraîner à l’inverse des inefficacités. De la même manière, alors que les services en réseau de cloud gaming permettent une durée de vie des consoles de jeu plus longue, d’autres usages requièrent au contraire que les utilisateurs renouvellent leurs équipements pour en bénéficier. Ainsi on constate que la durée moyenne de vie d’un téléphone portable est de 20 mois ! Or c’est la phase de production des équipements qui est la plus génératrice de gaz à effet de serre (GES), la phase d’utilisation ne représentant que 20% des émissions de GES sur la totalité du cycle de vie du produit.

Plusieurs solutions sont possibles pour réduire les émissions de GES imputables aux terminaux en dehors de leur utilisation : la réutilisation des terminaux et des équipements permet d’allonger leur cycle de vie et peut s’inscrire dans une plus large démarche d’écoconception, qui a pour objectif d’offrir à l’utilisateur final un service de qualité sensiblement équivalente en mobilisant significativement moins de ressources. Par ailleurs, une solution pour améliorer l’efficacité énergétique des centres de données serait de réutiliser la chaleur dégagée par les serveurs pour chauffer des habitations ou d’autres équipements publics (piscines, etc.) situés à proximité des datacenters.

Le collectif BVM propose qu’une grande campagne de formation doit être lancée localement : 

– auprès des jeunes, sur la question des écrans et réseaux sociaux et leurs dérives (harcèlement, addictions, etc.)

– auprès de toutes et tous : discuter sur l’impact écologique de l’utilisation du numérique et favoriser la réparation, le prêt, les solidarités locales et les autres stratégies permettant d’éviter la surconsommation.

Le saviez-vous ? 

Utilisées quelques heures par jour en moyenne, les box internet allumées en permanence ont en Europe une consommation équivalente à la production de deux à trois réacteurs nucléaires. Cela peut s’expliquer par l’absence d’incitation suffisante, tant pour les utilisateurs que pour les opérateurs, à limiter la consommation de tels équipements et à les éteindre lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

L’effet rebond est pour la première fois mis en évidence par W. Stanley Jevons (« paradoxe de Jevons ») puis actualisé par les économistes Daniel Khazzoom et Leonard Brookes (« postulat de Khazzoom-Brookes »). Il représente un « paradoxe » dans la mesure où toute évolution d’un usage ou d’une technologie qui s’avère améliorer l’efficacité énergétique d’une activité devrait impliquer, a priori, une réduction de l’impact énergétique total de cette activité. Cependant, si cette amélioration engendre (ou se produit) en parallèle (d’) une baisse du coût de production du service considéré, cette baisse de coût permet alors de produire une plus grande quantité du bien ou service pour un prix inférieur et a pour effet d’en stimuler la demande. Jevons estime ainsi que « l’idée selon laquelle un usage plus économe du combustible équivaudrait à une moindre consommation est une confusion totale. C’est l’exact contraire qui est vrai. »