La Gazette Bien vivre à Montluel est en ligne !

Le numéro 2 de la Gazette est arrivé dans votre boîte aux lettres ou ne devrait plus tarder … Afin de faire connaître la Gazette de Bien vivre à Montluel au-delà de notre ville, la Gazette est à présent accessible en ligne sur notre site internet.

A DIFFUSER AUPRÈS DE VOS PROCHES ET AMI.E.S !!

Pourquoi la Gazette ?

  • Rendre compte de la participation des élu.e.s Bien vivre à Montluel aux conseils et commissions municipales et de leur vigilance sur l’action de la majorité actuelle,
  • Faire part de nos réflexions sur des questions d’intérêt local et général,
  • Repérer et relayer des actions des habitant.e.s,
  • Être en contact avec les Montluistes malgré la pandémie.

Comment fonctionne-elle ?

  • Il s’agit d’une démarche bénévole et ouverte dans le cadre des valeurs partagées par le Collectif (écologie, solidarité et démocratie locale).
  • La Gazette est distribuée bénévolement dans toutes les boîtes aux lettres.
  • Le comité de rédaction rédige et met en forme la parution de façon concertée avec le comité de pilotage de l’association.
  • L’objectif est d’atteindre les 3 à 4 parutions par an pendant le mandat, variable selon l’actualité et les moyens financiers.
  • Par souci d’indépendance, la Gazette n’intègre pas de publicité, elle est soutenue par un financement participatif des adhérent.e.s à l’association et des sympathisant.e.s via la plateforme HelloAsso : https://www.helloasso.com/associations/bien-vivre-a-montluel/adhesions/

Pourquoi un lancement le 1er mai ?

Le choix symbolique du 1er mai pour le lancement de notre second numéro n’est pas un hasard, il rend hommage aux premier.ère.s de corvée et l’ensemble du monde du travail.

Deux sujets mis en lumière dans la 2ème édition

  • Nos contre-propositions en matière sociale dans le cadre du débat d’orientations budgétaires avec un diagnostic des fragilités sociales sur le territoire, l’augmentation de la subvention au CCAS, la mise en chantier d’une réflexion sur la création d’une épicerie solidaire.
  • Les actions pour végétaliser la ville avec une proposition concrète d’aménagement du parking situé à côté de la Poste. Il s’agit d’augmenter la couverture végétale au sol et le nombre d’arbres pour rafraîchir efficacement la ville, ses parkings, ses écoles, etc., en aménageant également des espaces pour les vélos et les personnes à mobilité réduite.

Pour fêter le lancement du nouveau numéro de la Gazette, le collectif a organisé l’action “un arbre recherche une place, un parking, une école » pour inviter à la végétalisation de la ville … avant de rejoindre le collectif Sandia pour chanter en l’honneur des droits des travailleuses et des travailleurs.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et de vos questions en nous écrivant par mail à : bienvivreamontluel@gmail.com.
Si vous avez des idées d’articles pour le prochain numéro, si vous souhaitez partager votre expérience et nous parler de vos projets en cours ou à venir sur Montluel et ses environs, nous sommes à votre écoute

Pour soutenir la Gazette ou les projets de Bien vivre à Montluel, pensez au financement participatif (un don régulier ou ponctuel) via le lien suivant :

https://www.helloasso.com/associations/bien-vivre-a-montluel/adhesions/

Marche pour une vraie Loi Climat dimanche 28 mars à Montluel – départ à 14 heures promenade des Tilleuls

Le 28 mars, veille de l’examen du projet de loi, nous nous mobiliserons ensemble pour dénoncer son manque d’ambition et les manœuvres qui tentent de l’affaiblir, afin d’exiger une vraie Loi Climat à la hauteur de l’urgence écologique et défendre les mesures des 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat.

Présente dans de nombreuses villes, elle se tiendra à Montluel  à partir de 14 heures, promenade des Tilleuls. Le cortège défilera ensuite à travers la ville pour terminer par un moment convivial et familial sur la place du collège Emile Cizain, autour d’une soupe chaude et autres boissons.

Vous souhaitez participer, venez défiler avec nous, à pied, à bicyclette ou autres engins en « mode doux » dans une ambiance festive ! Un prix du mode de transport le plus original sera décerné à la fin du défilé.

L’écologie et l’économie sociale et solidaire sont les enjeux de ce siècle et Bien Vivre à Montluel souhaite voir son territoire s’adapter au réchauffement climatique, à la sobriété énergétique et soutenir le dynamisme des circuits courts !

Notre collectif d’habitant.e.s s’est présenté aux élections municipales de 2020. Il a entrepris depuis sa constitution en avril 2019 un « dialogue avec les habitant.e.s » questionnant sur « ce qui me va », « ce que je n’aime pas » et « le Montluel dont je rêve ! » afin de relayer leurs aspirations et co-construire avec eux, la résolution des problèmes ayant des effets sur le quotidien, et de tous et toutes nous préparer un avenir plus serein.

Notre mobilisation témoigne de notre attachement au local, de notre volonté de renforcer nos liens et du pari de l’intelligence collective pour que, tous et toutes, nous puissions Bien vivre à Montluel.

Débat d’orientation budgétaire : nos propositions (1/2)

A l’occasion de la présentation des orientations budgétaires lors du conseil municipal du 24 février, les élu.e.s de Bien vivre à Montluel ont apporté leur éclairage et leurs propositions. On en parle avec vous !

Voici un extrait de nos interventions.

Tout d’abord, l’orientation budgétaire que vous nous présentez aujourd’hui est bien décevante. Elle ne constitue pas une réponse aux crises auxquelles nous avons à faire face.

1) La nécessaire et urgente transition écologique. La France n’a pas atteint ses objectifs pour 2020 en ce qui concerne la réduction d’émission de gaz à effet de serre. En début de semaine encore le Haut Conseil pour le climat a émis un rapport sévère sur les insuffisances de la loi « climat et résilience »…
Le GIEC nous alerte régulièrement : l’objectif de ne pas dépasser 2°C d’augmentation de la température terrestre d’ici 2100 ne sera pas atteint si nous ne changeons pas, sans parler de l’érosion de la biodiversité : nous vivons actuellement la sixième extinction d’espèce, la plus rapide que la terre ai jamais connu.
Il faut changer radicalement, nos modes de transport, d’alimentation, de travail, notre habitat, non seulement pour nous adapter aux changements qui auront lieu (évènements climatiques extrêmes, épidémies), mais aussi pour éviter le pire : les scientifiques sont formels : nous sommes en train d’éradiquer la vie, de faire de notre
planète un enfer.

Dans ce contexte, les collectivités doivent œuvrer encore davantage pour rendre leurs territoires résilients. Or ici, c’est le contraire qui est fait, dans la légende du colibri, non seulement vous n’apportez pas votre goutte d’eau pour éteindre l’incendie, mais vous jetez de l’huile :

  • Quand vous multipliez les parkings : d’après les études mobilité, c’est tout le contraire de ce qu’il faudrait faire.
  • Vous prévoyez de budgéter encore des caméras, plusieurs dizaines de milliers d’euros. Un débat doit être organisé, sur la base de chiffres qualitatifs et quantitatifs sur les actes de délinquance à Montluel, du coût total, et de l’efficacité de ces dépenses qui ne s’arrêtent plus.

Pourtant, à travers les compétences communales, vous pourriez agir fortement, sur le bâti, les écoles, la mobilité, le social. Nous avons voté une délibération concernant la production d’énergie sur les bâtis communaux, nous n’en avons pas vu de dépenses en référence à ce partenariat.
Concernant les écoles, vous allez enfin faire une partie des rénovations qui attendent depuis des années, et que vous faites au compte goutte, je ne parle pas des fenêtres que vous avez fait poser dans la précipitation et qu’il faut déjà changer.
Je me félicite que vous ayez entendu qu’il fallait répondre à l’appel à projet « coin de verdure et pluie » de l’Agence de l’eau RMC, concernant le réaménagement de la cour de l’école Alphonse Daudet : vous ne bitumerez pas comme vous l’avez fait à la maternelle Saint Exupéry. Heureusement, la date limite de réponse a été repoussée et vous laisse le temps de faire un travail élaboré, en concertation avec les parents, les enseignants, les associations de préservation de la biodiversité. Si je peux me permettre, vous pouvez prendre exemple sur les villes de Grenoble et Lyon. Vous
aurez d’autant plus de chance de remporter l’appel à projet.
Ces travaux sont indispensables au bien être des élèves et à la transition écologique, il est dommage de le conditionner à la subvention de l’agence de l’eau.
Vous pourriez aussi avoir l’ambition de travailler dans le cadre du PCAET (Plan Climat Air Energie Territorial) pour travailler sur l’alimentation des écoliers en fixant un objectif de 100% bio et local, soutenant ainsi l’économie locale et les agriculteurs.
Concernant la mobilité, la 3CM élabore un schéma de mobilité, et le travail des communes doit être actif pour permettre aux citoyens de se déplacer autrement.

Deuxièmement, vous faites un bref état des lieux des actions de la commune face à l’épidémie. Je n’y vois rien de plus que ce qui a été organisé ailleurs, vous avez comme tout le monde participé à la course à la distribution de masques.
Mais rien ne transparait dans ce rapport d’orientation qui puisse répondre aux crises qu’a provoquées cette épidémie. Si l’on en croit les chiffres du chômage, il faudra répondre massivement à la détresse sociale et psychologique générée par les confinements et les restrictions sanitaires. Il faudra aider encore davantage les associations, notamment sportives et culturelles, domaines qui accusent le coup de cette crise, et à qui l’on doit permettre de rebondir (il faudra une augmentation
encore plus conséquente que celle de 2019 où nous avons noté que vous prépariez les élections). Sans oublier les entreprises du territoire qui ont souffert de la crise sanitaire, les entreprises de l’économie présentielle, il est nécessaire d’agir aux côté de la 3CM pour aider ces entreprises constitué souvent de petits entrepreneurs.
Pour répondre présent, il faut investir, dans un esprit de service public plutôt que de compétitivité, au lieu de cela, nous constatons : des dépenses d’investissement en baisse. Que vous allez demander aux services de faire encore des efforts de dépense…
Quant aux recettes , vous vous vantez encore de ne pas augmenter les impôts. Je rappelle que vous ne les avez pas augmenté au prix de la vente du patrimoine de Montluel, dont le Parc Bellevue. J’aurais préféré que vous vous vantiez d’améliorer le service public. Il semble que Montluel perde de son attractivité puisque par rapport
aux communes voisines qui en gagnent, nous perdons des habitants.
Concernant le PLH, tout comme un PLUI, la 3CM engage un schéma de la mutualisation dont j’espère vous profiterez pour faire gagner de l’efficience à vos services plutôt que de les brider.

Albane COLIN– Bien vivre à Montluel

Article Le Progrès du 9 avril – Par Amandine EYMES – A lire en intégralité sur le journal

https://c.leprogres.fr/faits-divers-justice/2021/04/09/la-commune-va-equiper-ses-policiers-municipaux-de-tasers

Planning Familial

Le Planning Familial est un mouvement féministe et d’éducation populaire. Il lutte pour construire une société d’égalité entre les femmes et les hommes.

Compte tenu des inégalités existantes, ce mouvement milite pour le droit à l’éducation à la sexualité, pour les droits des femmes et contre toute forme de discriminations liées au genre (source : www.planning-familial.org/fr).

Il a été créé en 1956, sous le nom de « maternité heureuse ».

Concrètement, ce mouvement rassemble 72 associations départementales et propose des lieux ouverts à toutes et tous dans le but de prodiguer des soins, des conseils gratuits sur la sexualité en général. Par exemple sur la délivrance de la pilule contraceptive ou le soutien de personnes victimes de discriminations en tout genre.

A noter qu’en cette période il n’y a pas beaucoup de personnes qui le fréquentent.

Les interventions du planning familial dans les établissements scolaires afin de sensibiliser les jeunes sur leur sexualité ont été ralenties avec le Covid.

L’antenne la plus proche se situe à Miribel, 1820 Grande Rue.
Tél : 04 78 55 19 83