La profession de fois mensongère par Romain Daubié, l’élu de la peur…. face à l’élue de l’espoir Lumir Lapray

A défaut de défendre un véritable programme, Romain Daubié essaie de faire oublier qu’il est le candidat de Macron et profère des mensonges pour attiser la peur et la haine…. à deux jours du vote.

Un élu courageux de Bressolles dénonce une profession de fois mensongère et révèle le vrai personnage Romain Daubié, et son « attitude dangereuse pour l’avenir de notre territoire ». Face à lui, « Mme Lumir Lapray a une expérience solide, elle a su rassembler différents partis ce qui n’a pas dû être une mince affaire. Elle s’est battue respectueusement ELLE. »

Tout comme la lettre ouverte de Guy Larmanjat, conseiller départemental de l’Ain qui dénonce une profession de foi grotesque et mensongère !

Manifestation devant la mairie de Montluel – 17 juin 2022 – dénonçant la profession de foi de Romain Daubié et demandant un vrai débat face à Lumir Lapray.
L’appel de Lumir Lapray pour un débat avec Romain Daubié…. qui préfère la PEUR à l’échange.

Le maire aimerait bien se faire pardonner !

Nous vous parlions récemment de la mobilisation des élus de la 3CM et les élus de Bien vivre à Montluel CONTRE la décision du maire de Montluel d’appliquer des taxes excessives pour l’occupation du domaine public en cas de de travaux.

Voici la réaction d’un élu de Bressolles face à cette taxe inacceptable qui remet en cause les travaux sur les réseaux d’eau de tout le territoire !

[….]
Extrait de la lettre ouverte de M. Pipaz, élu de Bressolles, au sujet de la taxe sur le domaine public mise en place par Romain Daubié

Rappel du contexte

La 3CM avait ainsi alerté lors de son conseil du mois de mai qu’une facture de 108 000 euros avait été envoyée par la mairie de Montluel à l’occasion des travaux de rénovation d’eau de la ville – 58% de l’eau est perdue dans la nature avant même d’arriver dans nos robinets – lesquels sont effectués par la 3CM depuis que la compétence a été transférée de la ville vers la communauté de communes le 1ier janvier 2020. Pendant le premier mandat de Romain Daubié aucun investissement de long terme n’avait été réalisé … dans l’attente du transfert à la 3CM, et la prise en charge par tous les habitant.e.s de la 3CM.

On appelle cela une taxe indirecte !

Le maire de Montluel a annoncé avoir annulé la facture contestée …. mais n’a toujours pas convoqué un conseil municipal pour modifier les règles applicables en cas d’occupation sur le domaine public de la commune (le dernier conseil municipal date du mois de février… ), ce qui a fait réagir l’élue de Bien vivre à Montluel !

C’est bien que cela soit arrangé pour cette fois-ci mais nous regrettons que cette problématique ne soit pas étudiée dans sa globalité. Nous souhaitons y revenir en conseil municipal pour régler le problème à long terme et pas aux faits du prince à chaque fois.

Nathalie Mondy, conseillère communautaire à la 3CM (élue Bien vivre à Montluel)

Rappelons en effet que cette taxe s’applique actuellement à toutes les occupations du domaine public, par exemple en cas de travaux de particuliers pour la rénovation d’une façade pour améliorer l’isolation extérieure ou simplement embellir la ville. Cette malheureuse expérience a été vécue lors de la rénovation de l’immeuble en face de l’église de Montluel !

Extrait de l’article du Progrès en date du 3 juin 2022 par Julia Beaumet à lire dans son intégralité ici https://c.leprogres.fr/politique/2022/06/03/loisirs-sante-entreprise-la-zone-cap-co-va-s-agrandir

Écoutons ceux qui connaissent très bien Romain Daubiéno comment

Commentaire d’un ancien élu de la majorité municipale à retrouver sur l’article du Progrès en ligne : https://c.leprogres.fr/politique/2022/05/25/investi-par-le-modem-romain-daubie-soutient-le-programme-d-emmanuel-macron

Nous méritons mieux ! VOTONS LUMIR LAPRAY.

« Nous ne voulons pas d’un élu qui refuse toute démocratie locale, qui discrimine des associations, qui ne respecte pas les décisions de justice, qui tolère des comportements irrespectueux envers ses équipes, qui ne joue pas collectif avec les territoires voisins, qui abandonne la politique de la ville, qui maltraite la culture et la nature, au détriment de l’intérêt général. »

C’est pourquoi nous vous invitons à voter LUMIR LAPRAY dimanche (et le dimanche suivant), la candidate de la nouvelle union populaire écologiste et sociale, la NUPES. Mobilisez votre entourage, la victoire d’une personne sincère et courageuse est possible.

https://www.aveclumir.com/

Allons toutes et tous soutenir une jeune femme qui nous ressemble et qui s’engage pour l’intérêt général, pour nos enfants, pour nos emplois, pour la planète !

Belle rétrospective de la campagne de Lumir Lapray à lire sur : https://www.mediapart.fr/journal/france/100622/l-ebouriffante-campagne-de-l-activiste-lumir-lapray

Bilan de 1ier mandat à Montluel de Romain Daubié par Bien vivre à Montluel

La nouvelle Gazette de Bien vivre à Montluel est arrivée … dans les boîtes aux lettres des montluistes !

Vous y trouverez l’actualité – A LIRE DE TOUTE URGENCE

Nous ne voulons pas d’un élu qui refuse toute démocratie locale, qui discrimine des associations, qui ne respecte pas les décisions de justice, qui tolère des comportements irrespectueux envers ses équipes, qui ne joue pas collectif avec les territoires voisins, qui abandonne la politique de la ville, qui maltraite la culture et la nature, au détriment de l’intérêt général.

A la une l’alerte sur le harcèlement à la mairie et le départ des agents : management par la peur, dénigrement, décisions contraires à l’intérêt général, tolérance d’actes d’homophobie ; deux nouveaux départs s’ajoutent à la longue liste des agents méritants… épuisés par ce fonctionnement !

L’édito explique que le maire veut faire payer à la communauté de communes des frais exorbitants (100k€ !) alors que la 3CM doit réaliser de nombreux travaux sur les réseaux d’eau de Montluel, longtemps négligés par la mairie :

Le grand dossier sur les nombreux conflits entre le maire de Montluel et la 3CM : abandon du contrat de ville en faveur des quartiers prioritaires, mauvaise gestion de l’eau avec 60% de l’eau perdue dans la nature

La représentation des élu.e.s BVM en conseils municipaux avec une analyse du budget voté par la majorité : un manque d’ambition des investissements, des projets mal gérés qui sont reportés (aménagement pour les personnes à mobilité réduite ou végétalisation de la cour Daudet), des parcelles communales cédées à des promoteurs immobiliers sans transparence

Les associations maltraitées avec la disparition de locaux sur le site du projet avenue de la gare, le FC Montluel toujours discriminé pour l’accès au stade

Le non-respect de l’environnement avec la destruction programmée du parc boisé de Bellevue et le renvoi d’une source souterraine vers les eaux usées  

La perte d’agrément du centre social par la CAF qui va conduire à ce que la CAF réduise ses financements suite au manque d’activité prolongé décidé par le maire

Montluel classée G « très défavorable » au palmarès des mobilités douces par le baromètre des villes cyclables de la fédération des usagers du cycle, la FUB

La nécessité de sensibiliser la population en cas de problème à la centrale alors que la majorité actuelle n’a fait aucune action de sensibilisation sur la centrale du Bugey

Montluel classée à la plus mauvaise position au baromètre des villes cyclables !

Le baromètre des villes cyclables de la FUB (Fédération des usagers du cycle) rappelle que l’équipe municipale de Montluel est encore à l’heure des dinosaures sur les solutions d’urbanisme et de voirie qui amélioreraient la qualité de vie par les déplacements en mode doux des habitant.e.s.

Tous les résultats sont à lire ici : https://barometre.parlons-velo.fr/2021/palmares/#12.1/45.88679/4.98248

MONTLUEL est classée en position G, BONNE DERNIÈRE DE LA RÉGION Auvergne-Rhône Alpes !!!

Les résultats de l’enquête de la FUB à Montluel par thématiques : Ressenti Global, Sécurité, Confort, Effort de la ville, Services de stationnement, Evolution….

Et voici les détails par thématiques.

La conclusion est unanime : LES EFFORTS DE LA VILLE SONT INEXISTANTS POUR LES MODES DOUX !

UNE FOIS DE PLUS DES TRAVAUX SANS CONCERTATION, SANS COMMISSION VOIRIE, SANS DIALOGUE AVEC LES HABITANTS …

Alors que les travaux sur le Faubourg de Lyon sont en cours, pas de traces de piste dédiée aux modes doux… et pourtant voici la liste des zones à Montluel où des priorités sont identifiées….

La carte des priorités qui ont été définies dans le cadre de l’enquête auprès des habitant.e.s

Pour accéder à la carte cliquez ici : https://barometre.parlons-velo.fr/2021/carte/?c=01262#16/45.85015/5.055852

Extrait du courrier des élu.e.s Bien vivre à Montluel du 4 octobre 2021 alertant le maire sur les problématiques de circulation en entrée de ville.

Notre critique du budget 2022

Les années passent et se ressemblent.

Le budget 2022 voté par l’équipe majoritaire n’est pas à la hauteur d’une ville comme Montluel. Sous le prétexte d’une gestion en bon père de famille, aucun investissement d’avenir n’est prévu cette année.

L’investissement moyen dans les villes similaires à Montluel est de 1016€ par habitant alors que nous plafonnons difficilement à 790€ par habitant et que le manque d’attractivité de Montluel se traduit par une baisse constante du nombre d’habitant.

Ne nous trompons pas, la construction d’un nouveau lotissement dans le quartier de la gare et la rénovation du centre social n’est pas un projet de ville mais une simple opération immobilière gérée par un promoteur privé.

Les investissements programmés, certes nécessaires, traduisent surtout l’immobilisme de l’équipe municipale.

A titre d’exemple, 400k€ pour l’accessibilité aux personnes handicapés. Bravo mais c’est juste l’application de la loi et cette somme avait déjà été inscrite au budget 2020. Projet de végétalisation de la Cour de l’école Daudet, indispensable pour lutter contre les canicules et pour le bien-être de nos enfants revu à la baisse suite à l’échec de l’obtention de subvention avec un dossier monté sans concertation avec les utilisateurs. Un projet d’aménagement du faubourg de Lyon opaque et sans étude sérieuse alors que les constructions dans le quartier de Bellevue vont aggraver les problèmes de circulation et de stationnement.

Nous n’avons pas besoin d’un père de famille mais d’une équipe sérieuse dans le montage de ses dossiers qui développe une vision d’avenir pour notre ville. 

La collecte des déchets change au 1ier janvier 2023

Grand changement : la collecte de tri en porte-à-porte va remplacer les bornes de tri jaune sur toute le territoire de la 3CM !

A la suite de l’enquête menée par la 3CM, le bilan des bornes de tri est mitigé : chronophage et salissant… 62% des personnes sondées ont dit préférer la collecte à domicile.

La collecte de tri sera possible à domicile à partir de janvier 2023 avec la mise à disposition de bac de tri jaunes individuels.

La collecte de bacs jaunes sera effectuée tous les 15 jours (toutes les semaines dans le centre-ville de Montluel) et la collecte des ordures ménagères continuera à être quotidienne sauf dans les zones les plus rurales.

Les bacs jaunes peuvent être commandés gratuitement sur le site de la 3CM jusqu’au 24 juin : https://www.3cm.fr/-Commandes-bacs-de-tri,1317-.html.

Ils seront livrés à domicile à la mi-octobre pour un démarrage la nouvelle collecte en janvier !

Le Plan Particulier d’Intervention du Bugey (PPI)

Le PPI est établi par le préfet en vue de la protection des populations, des biens et de l’environnement, pour faire face aux risques particuliers liés à l’existence d’ouvrages et d’installations dont l’emprise est localisée et fixe. Plus précisément cela concerne les cas d’incidents ou d’accidents majeurs sur la centrale nucléaire du Bugey (CNPE du Bugey).

Le PPI est un document d’organisation générale qui définit les objectifs (alerter la population, assurer le bouclage de la zone et la circulation, protéger la population, lutter contre les effets …) et les actions à mener par chaque acteur pour réaliser ces missions. Le périmètre comprend des communes de trois départements : l’Ain, l’Isère et le Rhône, soit 121 communes.

Dans le cadre de l’ORSEC, les missions qui relèvent de la compétence des communes sont :

  • l’alerte et l’information des populations ;
  • l’appui aux services de secours ;
  • le soutien aux populations ;
  • l’information des autorités.

Les communes du périmètre PPI ont l’obligation de réaliser un plan communal de sauvegarde (PCS) dans les deux ans suivant l’approbation du PPI1. Dans ce plan, elles doivent identifier les actions qu’il leur est possible de mettre en place en cas de déclenchement du PPI, en fonction des moyens dont elles disposent. Les communes doivent notamment prévoir dans leurs PCS les actions suivantes :

En cas de mise à l’abri :

  • mettre des locaux à disposition pour les personnes ne résidant pas dans la commune ;
  • relayer les consignes du préfet ;
  • informer le préfet des difficultés rencontrées.

En cas d’évacuation :

  • mettre à disposition des lieux désignés comme lieux de regroupement et les indiquer au service préfectoral chargé de la sécurité civile ;
  • procéder à l’accueil au sein de ces locaux ;
  • signaler les personnes isolées ou handicapées aux services de secours ;
  • procéder au comptage dans les lieux de regroupement.

En cas de prise d’iode stable :

  • relayer la décision du préfet de procéder à la prise d’iode.

Dans tous les cas, les communes doivent se doter de moyens effectifs d’alerte de l’ensemble de leur population (dispositif d’alerte téléphonique automatisée, équipement mobile d’alerte…).

Dans les faits : ce PPI a le mérite d’exister, il ne laisse pas place à l’improvisation, mais dans la réalité qu’en est-il ?

Le passé et son histoire nous à montrer que lors d’accidents majeurs (Tchernobyl, Fukushima….) que la protection des populations était un point crucial et que l’impact d’un accident grave n’était absolument pas négligeable sur la santé des populations sans compter son impact sur l’environnement. Et pour preuve suite à l’accident de 1986 à Tchernobyl, son impact a touché l’Europe et le nuage ne s’est pas arrêté à la frontière française ; encore actuellement de grandes zones des Alpes du Sud sont encore contaminées et il n’est pas conseillé d’en consommer les champignons. Localement en Russie cela a nécessité le déplacement de centaines de milliers de personnes qui ne sont jamais retournées chez elles et aussi dramatiquement le décès de milliers de personnes contaminées ainsi que la santé dégradée à vie de certains.

Evacuer les populations est une mission complexe, tout le monde a conscience qu’en cas d’incident majeur les réactions humaines ne sont pas toujours adéquates et que les moyens instantanés ne sont pas toujours disponibles.

Et ce qui prévu sur le papier n‘est pas toujours le reflet de la réalité, par exemple la distribution de cachets d’iode est-elle uniforme, quels sont les moyens de contrôle d’une telle opération ?

Les populations évacuées seraient transférées dans des communes de substitutions mais quels sont les moyens d’accueillir et de faire vivre et de soigner ces milliers de personnes pendant des jours, voire des mois ?

Tout un tas de questions que l’on peut se poser à juste titre. Le dispositif « ORSEC » (Organisation de la réponse de sécurité civile) pourrait répondre en partie à cette question. A suivre dans un prochain article.