Troc de graines du SEL Côtière

Deux trocs de graines ont été soutenus par le SEL Bressan (Système d’échange local) et la Grainothèque installée à la MJC. Ces moments ont été animés par des bénévoles le vendredi 26 février, en même temps que la distribution des paniers de l’AMAP de Montluel (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) et le samedi 27 février, en même temps que le Réparathon d’Artilab, rendez-vous mensuel proposé par le Fablab de la Côtière dédié à la réparation des objets.

En amont, des ateliers de recherche et d’ensachage de graines avaient eu lieu afin de proposer des graines potagères locales et bios issus de dons, à toute personne voulant faire un jardin, et de troquer telles graines contre telles autres en fonction des besoins de chacun.e.

Si les visiteurs-ses n’ont pas de graines à apporter, ils-elles peuvent en prendre quand même et l’année suivante en redonner. Le but étant de créer du lien entre toutes les personnes qui jardinent et de partager cette précieuse denrée.

Le but de ces rencontres était également de présenter la BLE (Bourse Locale d’Echanges) issue du SEL Bressan et de lancer l’antenne locale du SEL sur le territoire de la Côtière, de Miribel à Meximieux.

Le SEL permet à ses adhérents d’échanger des biens et des services (coups de main pour du bricolage, des dépannages, prêts de matériel peu utilisé) et des savoir-faire (transmissions d’expériences, de connaissances, de techniques) en dehors du système monétaire. L’unité d’échange du SEL est « le grain de maïs » (une heure de travail = 60 grains).

Nadine, Marie-Noëlle et Marion, à l’initiative de cette nouvelle édition du troc de graines

Un nouveau troc de graines est prévu samedi 20 mars à partir de 14h30 à Sainte-Croix. A cette occasion, des bénévoles de Comm’Une Sereine ont concocté deux jeux de piste avec deux parcours pédestres au départ de la halle de Sainte-Croix. Le premier, d’une durée de 1 heure pour 1 km de marche, vous fera découvrir les particularités urbanistiques et patrimoniales du « cœur de village ». Avec le second, d’une durée de 2 heures pour 5 km de marche, vous découvrirez le plateau Est de la commune, avec ses aspects ruraux et son histoire plus ancienne…

Pour plus d’informations sur les trocs de graines et le SEL Côtière, vous pouvez écrire un mail à l’adresse suivante bienvivreamontluel@gmail.fr

Débat d’orientation budgétaire : nos propositions (1/2)

A l’occasion de la présentation des orientations budgétaires lors du conseil municipal du 24 février, les élu.e.s de Bien vivre à Montluel ont apporté leur éclairage et leurs propositions. On en parle avec vous !

Voici un extrait de nos interventions.

Tout d’abord, l’orientation budgétaire que vous nous présentez aujourd’hui est bien décevante. Elle ne constitue pas une réponse aux crises auxquelles nous avons à faire face.

1) La nécessaire et urgente transition écologique. La France n’a pas atteint ses objectifs pour 2020 en ce qui concerne la réduction d’émission de gaz à effet de serre. En début de semaine encore le Haut Conseil pour le climat a émis un rapport sévère sur les insuffisances de la loi « climat et résilience »…
Le GIEC nous alerte régulièrement : l’objectif de ne pas dépasser 2°C d’augmentation de la température terrestre d’ici 2100 ne sera pas atteint si nous ne changeons pas, sans parler de l’érosion de la biodiversité : nous vivons actuellement la sixième extinction d’espèce, la plus rapide que la terre ai jamais connu.
Il faut changer radicalement, nos modes de transport, d’alimentation, de travail, notre habitat, non seulement pour nous adapter aux changements qui auront lieu (évènements climatiques extrêmes, épidémies), mais aussi pour éviter le pire : les scientifiques sont formels : nous sommes en train d’éradiquer la vie, de faire de notre
planète un enfer.

Dans ce contexte, les collectivités doivent œuvrer encore davantage pour rendre leurs territoires résilients. Or ici, c’est le contraire qui est fait, dans la légende du colibri, non seulement vous n’apportez pas votre goutte d’eau pour éteindre l’incendie, mais vous jetez de l’huile :

  • Quand vous multipliez les parkings : d’après les études mobilité, c’est tout le contraire de ce qu’il faudrait faire.
  • Vous prévoyez de budgéter encore des caméras, plusieurs dizaines de milliers d’euros. Un débat doit être organisé, sur la base de chiffres qualitatifs et quantitatifs sur les actes de délinquance à Montluel, du coût total, et de l’efficacité de ces dépenses qui ne s’arrêtent plus.

Pourtant, à travers les compétences communales, vous pourriez agir fortement, sur le bâti, les écoles, la mobilité, le social. Nous avons voté une délibération concernant la production d’énergie sur les bâtis communaux, nous n’en avons pas vu de dépenses en référence à ce partenariat.
Concernant les écoles, vous allez enfin faire une partie des rénovations qui attendent depuis des années, et que vous faites au compte goutte, je ne parle pas des fenêtres que vous avez fait poser dans la précipitation et qu’il faut déjà changer.
Je me félicite que vous ayez entendu qu’il fallait répondre à l’appel à projet « coin de verdure et pluie » de l’Agence de l’eau RMC, concernant le réaménagement de la cour de l’école Alphonse Daudet : vous ne bitumerez pas comme vous l’avez fait à la maternelle Saint Exupéry. Heureusement, la date limite de réponse a été repoussée et vous laisse le temps de faire un travail élaboré, en concertation avec les parents, les enseignants, les associations de préservation de la biodiversité. Si je peux me permettre, vous pouvez prendre exemple sur les villes de Grenoble et Lyon. Vous
aurez d’autant plus de chance de remporter l’appel à projet.
Ces travaux sont indispensables au bien être des élèves et à la transition écologique, il est dommage de le conditionner à la subvention de l’agence de l’eau.
Vous pourriez aussi avoir l’ambition de travailler dans le cadre du PCAET (Plan Climat Air Energie Territorial) pour travailler sur l’alimentation des écoliers en fixant un objectif de 100% bio et local, soutenant ainsi l’économie locale et les agriculteurs.
Concernant la mobilité, la 3CM élabore un schéma de mobilité, et le travail des communes doit être actif pour permettre aux citoyens de se déplacer autrement.

Deuxièmement, vous faites un bref état des lieux des actions de la commune face à l’épidémie. Je n’y vois rien de plus que ce qui a été organisé ailleurs, vous avez comme tout le monde participé à la course à la distribution de masques.
Mais rien ne transparait dans ce rapport d’orientation qui puisse répondre aux crises qu’a provoquées cette épidémie. Si l’on en croit les chiffres du chômage, il faudra répondre massivement à la détresse sociale et psychologique générée par les confinements et les restrictions sanitaires. Il faudra aider encore davantage les associations, notamment sportives et culturelles, domaines qui accusent le coup de cette crise, et à qui l’on doit permettre de rebondir (il faudra une augmentation
encore plus conséquente que celle de 2019 où nous avons noté que vous prépariez les élections). Sans oublier les entreprises du territoire qui ont souffert de la crise sanitaire, les entreprises de l’économie présentielle, il est nécessaire d’agir aux côté de la 3CM pour aider ces entreprises constitué souvent de petits entrepreneurs.
Pour répondre présent, il faut investir, dans un esprit de service public plutôt que de compétitivité, au lieu de cela, nous constatons : des dépenses d’investissement en baisse. Que vous allez demander aux services de faire encore des efforts de dépense…
Quant aux recettes , vous vous vantez encore de ne pas augmenter les impôts. Je rappelle que vous ne les avez pas augmenté au prix de la vente du patrimoine de Montluel, dont le Parc Bellevue. J’aurais préféré que vous vous vantiez d’améliorer le service public. Il semble que Montluel perde de son attractivité puisque par rapport
aux communes voisines qui en gagnent, nous perdons des habitants.
Concernant le PLH, tout comme un PLUI, la 3CM engage un schéma de la mutualisation dont j’espère vous profiterez pour faire gagner de l’efficience à vos services plutôt que de les brider.

Albane COLIN– Bien vivre à Montluel

Planning Familial

Le Planning Familial est un mouvement féministe et d’éducation populaire. Il lutte pour construire une société d’égalité entre les femmes et les hommes.

Compte tenu des inégalités existantes, ce mouvement milite pour le droit à l’éducation à la sexualité, pour les droits des femmes et contre toute forme de discriminations liées au genre (source : www.planning-familial.org/fr).

Il a été créé en 1956, sous le nom de « maternité heureuse ».

Concrètement, ce mouvement rassemble 72 associations départementales et propose des lieux ouverts à toutes et tous dans le but de prodiguer des soins, des conseils gratuits sur la sexualité en général. Par exemple sur la délivrance de la pilule contraceptive ou le soutien de personnes victimes de discriminations en tout genre.

A noter qu’en cette période il n’y a pas beaucoup de personnes qui le fréquentent.

Les interventions du planning familial dans les établissements scolaires afin de sensibiliser les jeunes sur leur sexualité ont été ralenties avec le Covid.

L’antenne la plus proche se situe à Miribel, 1820 Grande Rue.
Tél : 04 78 55 19 83

Bientôt à Montluel un atelier couture autogéré ouvert à toutes et tous

L’entraide, un effet positif du Covid

A la sortie du premier confinement, des Montluistes se sont groupées pour fabriquer des masques. L’atelier a démarré avec quatre personnes. Quelques jours plus tard, une dizaine de couturières se relayaient pour manier ciseaux, fer à repasser, machines à coudre. Presque toutes étaient débutantes.

En quelques jours, 700 masques multicolores ont été confectionnés et distribués gratuitement.

Ensemble, un mot magique

Et c’est là qu’est née l’idée : si nous montions ensemble un véritable atelier couture où chacun.e pourrait progresser à son rythme et donner libre cours à son imagination ? Au programme :  confection de vêtements, décoration, broderie, patchwork (liste non limitative ! ) en privilégiant les matériaux recyclés.

Pour cela, il nous fallait une salle adaptée. Il nous a paru logique de contacter le Centre Social : mais, surprise, quand on a daigné nous répondre, ce fut un refus, sans explication et sans même nous avoir écoutées. 

Finalement, c’est la M.J.C qui nous accueille. Merci à elle ! Cerise sur le gâteau : le FabLab de la Côtière vient d’acquérir une magnifique surjeteuse (le rêve de toutes.tous les couturier.e.s amateurs) et la met à notre disposition. Merci à lui !

On compte bien démarrer dès la fin du reconfinement. Il reste encore quelques places, pas trop car la capacité d’accueil est limitée par la distanciation, alors faites vous connaitre si vous êtes intéressé.e.s.

D’ici-là, restez prudent.e.s ! 

Contact : Marie au 06 21 38 63 29

Garantir un accès équitable et la pérennité des biens communs de la commune

Le 10 juillet dernier, les élu.e.s de Bien Vivre à Montluel ont interpellé le conseil municipal sur l’appel à candidatures lancé par la ville pour l’occupation temporaire du terrain de football et de ses annexes, qui prévoit la mise en place d’une convention exclusive de trois ans entre la mairie et le club remportant l’appel, lui confiant, et à lui seul, le stade et ses vestiaires et buvette.

Depuis de nombreux mois, un différend oppose le FCM (Football Club Montluel) à la Mairie, ce qui crée des tensions avec le FCCL (Football Club Côtière Luenaz), qui se doivent d’être apaisées.

Une médiation entre la mairie et les deux clubs, peut-être par un médiateur tiers (Médiateur de la République, association de ou hors Montluel, FFF district de l’Ain, autre…) est indispensable pour trouver une autre sortie que l’attribution du terrain et autres équipements à un seul club, comme un élu Bien Vivre à Montluel l’a proposé lors de la séance du conseil municipal.

D’autre part, l’appel à candidatures prévoit que : « La présente convention d’occupation du domaine public fera l’objet d’une redevance conformément à l’article L. 2125-3 du Code Général de la Propriété des Personnes Publiques. » Cette nouveauté s’ajoute au fait que l’entretien du stade reviendra au club qui aura remporté l’appel d’offre.

Il nous semble au contraire que le stade de football et les autres équipements se doivent de rester des biens communs, c’est-à-dire à la fois non exclusifs, dont l’accès ne peut être conditionné à un paiement, et dont l’utilisation par les uns ne doit pas se faire au détriment des autres. C’est le rôle des élus municipaux que de garantir un accès équitable et la pérennité des biens communs de la commune.

Nous prenons acte de la réponse du Maire à la question de nos élu.e.s Bien Vivre à Montluel : celui-ci a  précisé que les  locaux mis à disposition des associations ne seraient pas soumis à une quelconque redevance. Et nous nous en félicitons.

Il doit être possible de trouver une façon collective de s’accorder et de créer des règles de coopération qui ne sont pas réductibles à la mise en concurrence de deux clubs sportifs.

Dans un souci d’apaisement, ne pourrions-nous pas remplacer l’appel à candidatures par une convention tripartite entre la mairie et les deux clubs intéressés ?

Le football est un sport populaire et il serait regrettable qu’un de deux clubs se retrouve à la rentrée 2020-2021 sans lieu pour s’entrainer à Montluel.

Bien vivre à Montluel porte la vision d’une mairie solidaire et équitable envers toutes et tous. Nous souhaitons que tous les jeunes qui souhaitent faire du foot puissent le faire dans les mêmes conditions. Le partage des équipements entre les clubs se fait de longue date dans d’autres disciplines, comme le gymnase où les créneaux sont partagés en fonction des besoins. Il est de la responsabilité de la commune de permettre à chaque habitant.e de pratiquer un loisir, un sport ou simplement de se réunir dans sa commune dans les meilleures conditions.

https://www.france.tv/france-3/auvergne-rhone-alpes/12-13-rhone-alpes/1841519-emission-du-lundi-13-juillet-2020.html

Sortie de crise sanitaire : et si on repensait la culture ?

Alors que les Montluistes ont su affronter la crise et imaginer des moyens d’expression culturelle (sur les réseaux sociaux, musiciens dans les quartiers en soutien aux soignants, etc.), les acteurs de la culture à Montluel se sont adaptés de diverses manières pendant le confinement (flashmob à distance, cours de danse en vidéo, cours de musique en visio, etc.) et organisé l’ouverture et l’accueil de leurs membres dans les meilleures conditions de sécurité (réouverture de la MJC, de l’école de musique, de l’office du tourisme, Biblio’Drive, etc. ) grâce à l’aide des bénévoles et des salariés. La réouverture du cinéma Les Augustins le 3 juillet prochain est une excellente nouvelle. Merci à eux !

  • La fête de la musique aura lieu en toute simplicité dans la cour de l’école de musique de Montluel dimanche 21 juin entre 16h et 20h : venez avec vos instruments et partitions !
  • Le cinéma des Augustins sera ouvert tout le mois de juillet avec un programme riche et un accueil du public en toute sécurité

Alors que de nombreuses manifestations ont dû être annulées (festivals d’été), l‘accès à la culture reste un élément crucial pour le bien-être de chacun.e, le bien-vivre ensemble et la cohésion de toutes et tous. Voici quelques articles qui ouvrent la réflexion à l’échelle locale.

https://theconversation.com/politiques-culturelles-comment-les-maires-reprennent-la-main-132639

https://theconversation.com/debat-trois-idees-fausses-a-lorigine-des-politiques-culturelles-francaises-128415